Mexique

Sian Ka’an, l’endroit à ne surtout pas louper!

 

Sian Ka’an qu’est ce que c’est au juste? Il s’agit d’une réserve naturelle classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO ou se mélange différents écosystèmes comme la mangrove, la lagune et la mer. En ce lieu réside de nombreux animaux : crocodiles, lamantins, dauphins, tortues, aigles, spatules, pélicans etc autant dire que l’endroit est un véritable paradis pour tout les amateurs de paysages de carte poste et d’animaux sauvages! La réserve de la biosphère de Sian Ka’an commence au sud de Tulum.

 

 

A nos yeux, c’est à ne surtout pas louper lorsque l’on se rend au sein de la Péninsule du Yucatàn! Oui mai voila, comme nous l’a si bien expliqué notre guide le jour ou nous y étions, Sian Ka’an c’est de loin l’excursion la plus difficile à organiser et il est très très rare que toutes les conditions soient réunies lors de chaque départ :  la pluie, les vents, les courants etc, beaucoup d’éléments naturels peuvent venir annuler cette excursion donc règle numéro une : ne la programme surtout pas le dernier jour de ton voyage! Et ici, crois nous, on sait vraiment de quoi on parle, voici la petite histoire qui nous est arrivée… Car oui, nous avons bien failli ne jamais découvrir Sian Ka’an!

 

Lorsque l’on réserve des excursions pour nos voyages, on aime si prendre à l’avance pour être sur d’avoir de la place. Comme on savait que cet endroit du globe attire les foules, notamment au cours de la saison sèche qui va de novembre à avril, nous avions commencé à prendre contact avec des agences afin de réserver Sian Ka’an, courant septembre 2017 (soit 4 mois avant notre départ). Nous avions à ce moment là, repérer une agence du nom de Viajes Conciencia et à lire leur site ainsi que les différents avis, cela nous a semblé sérieux. Nous nous sommes donc lancé avec eux pour deux excursions : Sian Ka’an et Cobà/Punta Laguna, pour lesquelles nous avons obtenu un retour favorable nous indiquant que nos tours étaient confirmés (lundi 15 janvier pour Cobà et mardi 16 janvier pour Sian Ka’an). A nos yeux, tout était parfait car comme nous repartions le samedi, cela laissait une marge pour re planifier l’excursion de Sian Ka’an en cas d’annulation.

 

Sauf que voila, 3 semaines avant notre départ pour le Mexique, nous recevons un mail de cette agence nous indiquant que finalement, il n’y a pas assez de monde sur les dates qui nous avaient été proposées, par conséquent, Sian Ka’an serait décalé au jeudi 18 et Cobà au vendredi 19… Déjà, ça nous plaisait moins, car qui dit jeudi 18 dit proche de la date de retour et si mauvais temps… Bye Bye Sian Ka’an! Le truc juste impensable pour nous, car cette excursion ça faisait plus d’un an qu’on en rêvait ! Nous leur avons donc expliqué notre point de vu et leur avons demandé de nous prévenir à l’avance, si ils venaient à savoir en amont que le temps serait mauvais à cette date, afin que l’on puisse rebondir pour faire Sian Ka’an plus tôt dans la semaine avec une autre agence (étant donné qu’eux, n’avait de la disponibilité que le jeudi pour réaliser ce tour). L’agence comprenait parfaitement notre position et nous a indiqué que l’on serait prévenus sans problème. Ce qui a fait que nous voulions partir essentiellement avec cette agence, c’est qu’à l’inverse des autres, cette dernière propose un passage plus long dans la partie mangrove (par conséquent il y a plus de chance ici de pouvoir apercevoir les lamantins/crocodiles qui sont des animaux relativement rares à voir).

 

Nous sommes arrivés sur la Riviera le dimanche à la mi journée, et en regardant la météo, pas de bol, cette dernière annonçait déjà des nuages menaçants avec des petites averses pour le jeudi et pour les autres jours c’était juste des nuages… On savait donc que la semaine n’allait pas être optimale niveau climat et qu’on aurait surement pas de soleil pour Sian Ka’an (cette dépression venait principalement des Etats-Unis, ou au même moment il y avait des tempêtes de neige en Floride et à New-York). On essayait de rester confiants, en se disant que si l’on était pas prévenus par l’agence, c’est que le tour aurait bien lieu car après tout ce ne sont pas de petites averses qui peuvent provoquer une annulation (enfin c’est ce qu’on pensait…). Au fur et à mesure, la météo indiquait toujours la même chose. Le mercredi, vers 8h du matin, nous envoyons donc un message à l’agence via WhatsApp, afin de savoir ce qu’il en était, notre message est lu mais aucun réponse avant… 19h30 : « Nous vous informons que le tour à Sian Ka’an du jeudi 18 janvier est annulé en raison des conditions climatiques, nous vous reproposons ce tour le samedi 20 janvier » alors que ces derniers savaient que nous repartions le samedi et qu’en plus, la pluie était annoncé depuis dimanche… Comment dire qu’à ce moment là, l’envie de les incendier était très intense! Et encore, nous avons eu en quelque sorte de la chance d’avoir été prévenu car nous connaissons des personnes, qui ont, elles aussi, subit une annulation avec cette agence pour une autre excursion, et qui pour le coup n’ont même pas été prévenu… Obligé d’envoyer un message sur le tard en soirée pour savoir ce qu’il en était pour le lendemain… Autant dire que niveau professionnalisme c’est proche de 0 pour le coup!

 

On a vite compris pourquoi nous avons été prévenu si tard le mercredi soir : tout simplement car comme le vendredi, à la base, nous devions faire Cobà/Punta Laguna avec eux, l’agence a du se dire que si l’on était prévenus trop tôt, on aurait eu plus de chance pour annuler cette excursion et faire à la place Sian Ka’an avec une autre agence. Du coup, perte d’argent… Pas de problème, le retour de bâton ne se faisait qu’attendre! Nous avons donc procédé comme eux, nous avons maintenus le tour à Cobà/Punta Laguna le vendredi (pendant qu’en réalité, nous y sommes allés par nous même le jeudi). Puis, le jeudi soir, veille de l’excursion, nous les avons planter à 19h30, par message, tout comme eux avait fait avec nous. Nous devions faire à la base deux excursions avec Viajes Conciencia, finalement nous n’en aurons faites aucune, et comme ces derniers ne nous ont jamais demandé d’acompte, tant pis pour eux! Dans l’histoire ils auront finalement tout perdu, pendant que nous, on venait de profiter d’une magnifique journée à Cobà/Punta Laguna et on confirmait un nouveau tour à Sian Ka’an le vendredi avec l’agence Paseotours!

 

Alors nous sommes totalement pour l’annulation d’un tour lorsque les conditions climatiques sont dangereuses, par contre nous ne validons absolument pas le comportement de cette agence qui te sort qu’elle te préviendra en amont en cas de mauvais temps (alors que ce dernier était tout de même annoncé depuis le dimanche…) et qui derrière te la fait clairement à l’envers pour te « forcer » en quelque sorte à maintenir ta deuxième excursion avec eux (et en plus ils te prennent pour des cons, en te proposant un nouveau tour le samedi, jour de ton retour en France…). Faut il peut être leur rappeler que le Mexique n’est pas la porte à coté pour nous et que nous ne sommes pas sur place tout les 4 matins? Bref, une agence pas fiable sur le plan « organisation » qui a failli nous faire louper l’un de nos plus beaux moments de ce voyage au Mexique!

 

Au cours de nos recherches d’agences 4 mois plus tôt, nous étions tombés également sur l’agence Paseotours et cette dernière nous avait semblé sérieuse. Le mercredi soir, après l’annulation annoncée, nous n’avons donc pas tardé à leur envoyer un mail (et la tu es clairement heureux d’avoir une carte sim mexicaine pour avoir accès à internet sans encombre). Nous les avons contacté à 20h30 et à 21h nous avions une réponse de Céline, nous indiquant qu’il restait de la place pour l’excursion à Sian Ka’an du vendredi, à condition bien entendu que les conditions climatiques s’améliorent! Une chance incroyable de trouver de la place à limite 24h du tour, ouf! Tout n’était donc pas perdu!

 

Le jeudi, Céline nous a renvoyé un mail dans la matinée, nous indiquant que le tour du lendemain était bien confirmé. Youpi!!! Nous avions donc rendez-vous à 7h30, sur le supermarché d’un magasin alimentaire à Tulum. Une navette pouvait aussi venir nous récupérer au pied d’un des gros hôtels d’Akumal mais cela ne nous a pas gêné de nous y rendre par nous même car nous étions véhiculés.

 

 

Vendredi 19 janvier : l’aventure à Sian Ka’an commence

 

C’est donc à 7h30 du matin que nous avons fait connaissance avec le reste de notre groupe ainsi que Patrica, notre guide francophone, et Aby, notre chauffeur mexicain. Au total nous étions 10 personnes et nous avons vite sympathisé avec Gilbert et Ghislaine, un couple français qui repartait en France comme nous le lendemain et dans le même avion ^^ Une fois la pause café terminée, nous voila partis tout les 12 dans le mini van direction Sian Ka’an et là, il faut le savoir, rejoindre Sian Ka’an c’est toute une aventure!

 

Une fois la ville de Tulum passée, nous avons commencé à nous enfoncer sur une piste chaotique au milieu des palmiers et de la végétation mais avant toute chose nous avons franchi le petit péage ou chacun devait bien montrer son jolie bracelet remis quelques instants plus tôt par notre guide, afin de pouvoir rentrer dans la Réserve. Patricia a profité du moment pour nous présenter un peu les choses : à savoir qu’à partir de ce point nous avions 40km de pistes pour rejoindre le point de départ en « lancha » (petits bateaux à moteur), soit 1h30 à 2h ou il va falloir s’accrocher niveau secousses. Au début, on se disait que ça serait « easy » car après toute la piste qu’on s’était tapés en Mongolie l’été précédent, cela ne nous faisait vraiment pas peur. Alors ok, la piste mongole c’était quelques chose mais on a rarement vu une piste aussi déglinguée que celle pour aller à Sian Ka’an. Attention donc aux personnes souffrants de problèmes de dos (ou femmes enceintes) ici il est clairement déconseillé de faire cette excursion car ça secoue vraiment dans tout les sens. On a clairement eu l’impression d’être branchés sur un trampoline pendant presque 2h, sans parler de notre chauffeur et de sa conduite très « sport ». Chacun a pris ce moment à  la rigolade, l’ambiance était au top, finalement on aura tous ici bien rigolé (contrairement à d’autres groupes ou parfois, les gens descendent du mini van en faisant limite la tronche tant ils ont été secoué).

 

Nous avons fait une première pause, 20km plus loin, sur le pont de Boca Paila, l’endroit ou la lagune et la mer se rencontrent. L’endroit est très jolie : d’un coté la mangrove, de l’autre la lagune qui se jette dans la mer des Caraïbes. C’est d’ailleurs ici qu’un crocodile se baladerait régulièrement mais ce jour là, monsieur devait sans doute se cacher au milieu de la végétation car nous ne l’avons pas vu. L’ancien pont qui traverse cet endroit n’a d’ailleurs pas bougé mais heureusement que l’on ne passe pas dessus car vu son état ^^ Le temps était à ce moment là semi-couvert et au loin on commençait à apercevoir d’énormes nuages noirs…

 

Coté lagune / mangrove

 

 

 

 

La lagune se jette ici dans la mer avec le vieux pont

 

20km plus loin, nous sommes arrivés au point d’embarcation ou d’un coté il y a la mer et de l’autre la lagune. Nous étions les premiers, il n’y avait aucun autre groupe, le top! Cependant le temps, lui, était loin d’être top… La pluie tombait de plus en plus fort et le ciel était des plus menaçants, on a tout de même eu de gros doutes à savoir si on allait pouvoir monter dans les bateaux… Ce climat nous aura mis le stress jusqu’au bout… Coté mer, cette dernière était très agitée, autant dire que l’observation des dauphins et des tortues s’annonçait très compliqué…

 

 

 

 

A ce moment là, nous étions clairement dégoutés car on se serait plus cru en Bretagne que dans les Caraïbes. On ne retrouvait pas du tout le cadre paradisiaque que l’on avait pu voir en photo avant notre départ, arf! Tant pis, il fallait se faire une raison, Mère Nature en avait décidé ainsi et notre guide nous a même avoué ne jamais avoir vu un temps pareil à Sian Ka’an en plusieurs années de métier… C’était clairement le pompon! Les petites lanchas sont finalement arrivées : 5 personnes dans un bateau, les 5 autres dans un autre et nous avons commencé notre découverte de la lagune en mode k-way, capuche, sweat avec la pluie qui n’arrêtait pas. Nous avons tout de même aperçu de magnifiques oiseaux dont un femelle aigle qui protégeait son nid. Malheureusement, la découverte de la lagune fut un peu gâchée car avec ce temps pourri, difficile de vraiment profiter du cadre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons par la suite quitté la lagune pour la mer et là on s’attendait un peu au pire avec les vagues, mais finalement, et à la grande surprise de tout le monde, la pluie s’est arrêtée et les gros nuages noir ont commencé petit à petit à disparaitre, ouf! C’est au bout d’une bonne demi-heure que les dauphins sont finalement apparu 😀 Quelle surprise car avec ce temps on ne s’y attendait absolument pas! Le climat s’est vraiment calmé au bon moment, nous avons eu beaucoup de chance. Un groupe a tourné autour de nous pendant une petite demi heure et il y avait même des bébés, autant dire que nous avions des étoiles plein les yeux!

 

 

 

 

A savoir : à Sian Ka’an on ne nage pas avec les dauphins, on les observent juste du bateau. La réglementation est de plus très stricte : pas plus de 4 bateaux autour d’un groupe de dauphin et pas plus de 3 pour les tortues. Chaque bateau a le droit de rester 30min maximum en présence de ces animaux, après il faut partir.

 

 

 

 

Par la suite nous avons aperçu une forme sombre sous l’eau, il s’agissait d’une tortue blanche (la plus grosse espèce qui vit au Mexique). Cette dernière est venue à plusieurs reprises prendre sa respiration à la surface avant de repartir dans les profondeurs. Un moment magique, elle était magnifique! Finalement la chance aura vraiment été de notre coté, car avec le temps du début c’était loin d’être gagné!

 

 

 

Nous nous sommes rendus par la suite sur un bout de la 3ème plus grande barrière de corail au monde afin de faire un peu de snorkeling. La mer était assez agitée par conséquent difficile de bien pouvoir en profiter, l’activité s’est du coup fait assez rapidement.

 

 

Dernière étape dans l’eau, les piscines naturelles et là que dire à part : welcome to paradise! Une eau bleu des plus transparentes avec en fond une plage sauvage et ses beaux palmiers sans oublier le soleil qui s’est finalement décidé à pointer le bout de son nez! Le voila, le cadre paradisiaque que l’on recherchait tant et que nous n’avons pas trouvé sur la Riviera Maya. Nous nous sommes mis à l’eau histoire d’en profiter et waou! Un endroit vraiment magnifique ou à part notre groupe, il n’y avait personne d’autre!

 

 

 

Nous sommes par la suite arrivés à Punta Allen, petit village de pêcheurs de 500 habitants avec cette impression de bout du monde! Quel coup de cœur pour cet endroit totalement préservé du tourisme de masse! Ici pas de grand immeubles, pas d’hôtels de luxe juste des petites maisons toutes simples avec des allées en sable avec d’un coté la mer et ses beaux palmiers et de l’autre la lagune. C’était digne d’une carte postale!

 

 

 

 

 

Nous avons déjeuné dans un restaurant buffet à volonté du nom de Xo-ken, au menu : pâtes (style nouille chinoise), purée, poisson (mérou), viandes etc Nous nous sommes régalés et avions en plus vue sur la mer, un moment au top!

 

 

Par la suite nous nous sommes baladés aux alentours, histoire de découvrir un peu les lieux. En continuant dans la rue du restaurant, il y a un genre de tout petit pub ouvert sur la rue à ne surtout pas louper. C’est ici que nous avons savouré notre meilleur café mexicain (il est d’ailleurs possible d’en acheter). Cet endroit propose aussi d’excellents brownies!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre guide nous a par la suite fait traverser l’ensemble du petit village à pied afin de retourner coté lagune pour embarquer dans les lanchas et revenir au point de départ. Ici nous avons croisé des iguanes, des jeunes enfants jouant au ballon dans la rue, des personnes qui revenaient de la pêche en bref, de l’authenticité en veux tu, en voila! On aurait vraiment trop aimé resté ici pour notre dernière nuit au Mexique car qu’est ce qu’on se sentait bien en ce lieu! Le soleil était de plus bien présent avec plus aucun nuage dans le ciel, un vrai bonheur (car avec la pluie du matin ça aurait sans doute pas été la même). En tout cas, on peut vraiment l’affirmer aujourd’hui : le climat change bien vite sur cette cote caribéenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons retraversé la lagune en sens inverse et avec le soleil, ça a clairement tout changé! Du coup on a pu profiter du cadre grandiose qu’on avait clairement loupé le matin. Notre capitaine longeait la mangrove à fond les ballons, on aura eu de bonnes sensations!

 

 

 

 

 

 

Une fois de retour sur terre, Aby, notre chauffeur du matin nous attendait dans le mini van et nous avons repris la fameuse piste déglinguée jusqu’à Tulum. Alors autant le matin, ce dernier avait une conduite sport mais là on aura clairement vécu avec lui un pur moment de délires! Forcément, lors du retour, il y aura d’autres groupes, du coup par endroit, il peut vite y avoir des petits embouteillages sur cette piste qui est relativement étroite. Aby s’était mis un objectif en tête : doubler tout ses camarades de routes à fond la caisse. Et bé on peut te dire qu’on en a rasé des palmiers allant même jusqu’à perdre un enjoliveur 😛 C’était ultra sport ! A chaque fois qu’il tentait un dépassement nous l’encouragions tous et ce dernier prenait vraiment plaisir voyant qu’on était tous derrière lui à fond entrain de le soutenir ^^ Un chouette gars ce Aby, il nous aura vraiment bien fait rire! On avait limite l’impression de faire un grand tour de manège. Prendre une piste n’aura jamais été si amusant qu’avec lui!

 

 

 

 

 

Sian Ka’an : conclusion

 

C’est clairement l’endroit ou on pourrait retourner sans compter ! Nous avons passé ici l’une des plus belles journées de notre voyage au Mexique! Nous ne pouvons également que recommandé l’agence Pasetours qui est topissime : réponses très rapides aux mails, excursion en petit comité (max 10 personnes par groupe), une guide et un chauffeur au top et le must : être partis avant les autres groupes des autres agences par conséquent, nous étions seuls au monde pendant l’intégralité de la journée!

 

A savoir pour les lamantins : notre guide nous a expliqué que le parcours classique de Sian Ka’an ne passe plus par le coté ou se trouve les lamantins car ces derniers étaient trop dérangés par le passage des bateaux. Il est tout à fait possible d’en voir mais cela reste extrêmement rare. Pour avoir plus de chance d’en apercevoir (mais même ici, ce n’est pas une certitude), il convient de privilégier le parcours qui va de Muyil à Boca Paila (mais ici il n’y aura pas de dauphins, ni de tortues, ni de Punta Allen)

 

La Dream Team 🙂

 

Autres articles à découvrir :

Une réflexion au sujet de « Sian Ka’an, l’endroit à ne surtout pas louper! »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.