Mexique

Bacalar, paradis sur terre

 

Quand on pense Mexique on a tous en tête cette fameuse Riviera Maya avec ses plages de sable blanc, ses magnifiques palmiers et ses eaux bleu turquoises. Beaucoup de personne décident de ne rester d’ailleurs qu’à cet endroit, pensant avoir le plus beau cadre qui soit… Quel dommage quand on sait qu’à seulement 2h30 au sud de Tulum se trouve un véritable paradis qui pour le coup, à l’inverse de la Riviera, est encore préservé du tourisme de masse (et on espère qu’il le sera encore longtemps).

 

 

Cet endroit, c’est Bacalar! « Bacalar Pueblo Magico » comme l’appellent les locaux, et qu’ils ont raison car ce lieu est tellement magique! Ici, il faut savoir que tu ne seras pas sur la mer des Caraïbes mais sur une lagune : la lagune dites des 7 couleurs (l’eau n’est donc pas salée). Pourquoi 7 couleurs ? Car avec le soleil, on peut y observer jusqu’à 7 teintes de bleu différents : du plus foncé au plus transparent, et crois nous par endroit c’est assez dingue à contempler!

 

 

Bacalar est un endroit ou l’on vient principalement pour la farniente. Ici, il n’y a pas spécialement grand chose à faire à part se détendre au bord de l’eau, louer un kayak, faire un tour en voilier ou catamaran, et surtout, admirer ce bleu hors du commun qui laisse sans voix! Le petit village, quant à lui, ne casse pas des briques : le centre ville est très petit mais on y trouve cependant plusieurs restaurants.

 

 

Au cours d’un road-trip dans la Péninsule du Yucatàn, beaucoup conseille de n’y rester qu’une seule journée car que de la « farniente » sur place, c’est d’ailleurs ce que nous avons fait, car comme tu le sais, en voyage, flâner toute la journée ne nous intéresse pas. On préfère de loin découvrir, bouger que de se la couler douce au bord de l’eau. Ce lieu fait cependant abstraction à la règle pour nous, car même si en une journée on a eu le temps de bien en profiter, en y repensant, on aurait adoré y rester une journée supplémentaire! Oui car cet endroit est complètement dingue, nous l’avons encore plus apprécié que la fameuse mer des Caraïbes c’est pour dire! Si tu rêves d’un « vrai » cadre paradisiaque, c’est clairement ici qu’il faut venir!

 

 

En général, la plupart des personnes qui recommandent de n’y rester qu’une seule journée ne restent qu’à Bacalar même. Oui mais voila, en dehors du village la lagune est grande, très grande! Elle s’étend du nord au sud de Pedro Antonio Santos jusqu’à Xul-Ha (soit environ 80km de long).

 

 

En une journée, difficile de profiter des différents coins, surtout si comme nous tu envisages l’activité phare de l’endroit : la balade en voilier ou catamaran sur la lagune qui prend facile 3 à 4h (à nos yeux c’est à ne pas louper). Si tu as le temps, opte donc pour deux jours sur place afin de te poser un peu : idéal par exemple quand on vient, juste avant, d’effectuer un road-trip dans la péninsule comme nous avons fait (et tu seras beaucoup plus peinard ici que sur la Riviera c’est certain 😉 ).

 

 

Le petit point qui nous a cependant un peu déçu ici, c’est que de la route principale, on ne voit pas la lagune. Pour y accéder, tout est privatisé… Il faut donc à chaque fois payer (même si ça reste souvent pas grand chose mais bon… Payer pour aller se détendre au bord de l’eau on trouve ça un peu abusé…). Lorsque l’on voit en photo sur le net tout les pontons en bois avec les toit en paillote en tapant « Bacalar » dans la barre de recherche « Google », ici, ces derniers appartiennent soit à des hébergements touristiques soit à des endroits payants aménagés par les locaux pour venir piquer une tête. La plupart des hébergement situés en bordure de la lagune propose d’ailleurs très souvent de la location de kayak, du paddle etc. Ici, en fonction des hébergements, ça peut être accessible si tu n’as pas une chambre de réservée, mais tu paieras forcément plus chère.

 

 

 

 

Notre journée à Bacalar

 

Nous sommes arrivés sur place en fin de journée, après la visite du site de Calakmul dans l’état de Campeche. Nous avons donc directement rejoint notre hébergement Casa Lamat que nous ne pouvons que recommander. Il fut l’un de nos coups de cœur du voyage et le personnel est ADORABLE! Nous avons logé ici dans un cadre authentique à taille humaine, dans une petite cabane en bois trop mignonne au bord de la lagune. L’établissement propose également de la location de kayak et possède un ponton en bois avec des hamac pour se détendre et se baigner. Cet endroit est de plus un excellent spot pour les couchers et levers du soleil sur la lagune.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain matin, nous nous sommes levés aux aurores pour assister au lever du jour et que ce fut magique! Nous avons passé un super moment ou il n’y avait personne à part nous sur le ponton! Un calme olympien au milieu des quelques oiseaux qui chantaient.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes par la suite partis prendre un petit déjeuner locale dans un hôtel non loin : El Rancho Encantado qui offre une vue grandiose sur la lagune. Nous nous sommes régalés!

 

 

 

 

Par la suite, nous sommes partis nous détendre au bord de l’eau vers le sud de la lagune. Nous sommes donc sortis de Bacalar pour nous rendre à Los Rapidos, un paradis à ne louper pour rien au monde.

 

 

 

 

 

Pour t’y rendre il te faudra impérativement la voiture et ici tu ne trouveras principalement que des locaux. Tu devras donc descendre limite jusqu’au village de Xul Ha pour faire demi tour et remonter vers Bacalar. Sur la route en remontant, tu vas apercevoir un petit panneau « Los Rapidos », c’est ici qu’il faudra tourner à droite pour emprunter la piste de 10 petites minutes qui te mènera au paradis! A mi chemin, tu rencontreras un panneau qui t’indiquera « Los Rapidos » à droite et « Laguna » à gauche. Nous concernant, nous avons choisi de partir direction « Laguna » et autant dire qu’en arrivant nous avons vibré! Un cadre magnifique avec des palmiers, un petit bar/restaurant dans une cabane en bois et une eau bleu à tomber ! Nous étions scotchés! Bien entendu qu’on aille du coté « Laguna » ou « Los Rapidos » il te faudra payer quelques pesos pour pouvoir profiter des lieux. Ci dessous, sur un plan, les deux endroits :

 

 

 

 

 

 

Nous souhaitions découvrir les deux endroits mais le temps nous a manqué pour partir par la suite du coté de « los Rapidos ». Et il faut dire aussi qu’on a eu un tel coup de cœur pour le coté « Lagune » qu’on ne voulait plus quitter cet endroit de rêve. Sache que ces deux lieux sont différents : du coté « Laguna » tu auras une magnifique vue sur la Lagune avec un espace infini de baignade, ici c’est vraiment on ne peut plus paradisiaque! On ne peut que le recommander! Du coté de « los Rapidos » nous connaissons des personnes qui y sont allés et qui ont également adoré! Ici la lagune se rétrécit en un genre de petit canal ou il est possible se laisser flotter dans un petit courant au milieu de la végétation (possibilité de voir des photos sur Google Map ici) Nous sommes arrivés coté Lagune vers 10h30, l’endroit venait d’ouvrir. Nous y sommes restés deux heure et jusqu’à midi nous n’étions que tout les deux! Un vrai bonheur!

 

 

 

 

 

 

A la mi journée, nous sommes partis direction Las Velas, point de départ de notre balade en voilier avec Bacalar Sailing à 13h. Si toi aussi tu souhaites partir avec eux, sache qu’il faut réserver via leur page Facebook ici, Valérie est très réactive aux messages. Nous ne pouvons que les recommander car nous avons passé ici une superbe après-midi. Nous étions un petite groupe de 4 personnes avec en plus notre capitaine Roberto qui nous a appris plein de chose sur ce magnifique endroit, du temps ou les espagnols ont envahit l’Amérique.

 

 

A bord du voilier, on distinguait parfaitement toutes ces différentes teintes de bleu, c’était magnifique! Nous sommes tout d’abord passés par le cénote Esmeralda ou l’eau était bien foncée suite à la profondeur du lieu, avant d’arriver dans un endroit complètement dingue ou d’un coup nous avions pied et ou l’eau était d’une clarté hallucinante! C’était impressionnant de nous retrouver au milieu de cette lagune et de toucher le fond. Nous en avons profité pour nous mettre à l’eau et faire un peu de snorkeling ou nous avons aperçu quelques petits poissons.

 

Traversée du Cénote Esmaralda

 

 

Changement de bleu…

 

 

 

 

 

 

 

Par la suite nous avons contourné l’île aux oiseaux mais ces derniers étaient discrets, sans doute en pleine sieste ^^

 

 

Nous avons poursuivi jusqu’au cenote negro qui possède le bleu le plus foncé de la lagune suite à sa profondeur de 90m. Ici Roberto nous a indiqué que sans eau, il y aurait une falaise de 90m de haut! Nous nous sommes mis à l’eau pendant une petite heure pour faire du snorkeling en bordure de ce gouffre. C’était complètement dingue de contourner cet immense trou.

 

Nouvelle teinte de bleu avant d’arriver au cénote negro

Arrivés au cénote

 

 

L’eau passe du bleu clair à la limite du noir

 

 

 

 

Nous devions terminer en empruntant le canal des pirates afin de rejoindre la lagune Mariscal mais suite au peu de vent qu’il y avait à ce moment là, nous n’avons pas pris le risque de nous y aventurer car la veille, notre capitaine s’était retrouvé à devoir pousser la voile en se mettant à leau. Nous sommes donc retourné près de l’île aux oiseaux pour profiter des eaux transparentes

 

 

 

 

 

Nous avons adoré ce tour en voilier et il serait vraiment dommage de passer à coté lorsque l’on vient à Bacalar.

 

En revenant sur la terre ferme, nous avons voulu aller boire un verre à l’hôtel restaurant los Alluxes. Ce dernier possède une terrasse sur la lagune très sympa avec de jolies balançoires au dessus de l’eau. Malheureusement ici, le monsieur de la sécurité à l’entrée, très désagréable, nous a annoncé que le bar n’était à présent réservé qu’aux clients de l’hôtel. Vu l’amabilité de ce dernier, pas de soucis! Nous sommes vite partis!

 

Juste à coté de cet endroit se trouve également un lieu bien sympa que nous n’avons pas testé car arrivés un peu tard. Nous sommes du coup juste passé devant : il s’agit du cenote cocalito qui donne sur la lagune. Le lieu est très jolie mais semble attirer un peu plus de monde qu’à « Los Rapidos ». Tu auras également la possibilité ici d’observer les stromatolites. A coté, se situe également le cenote azul mais nous ne l’avons pas fait car il ressemble pas mal au cenote negro fait pendant notre balade en voilier sur la lagune.

 

Contrairement à la plupart des touristes qui se rendent au restaurant La Playita et qui d’après notre capitaine de l’après-midi, Roberto, ne casse pas forcément des briques malgré sa jolie vue sur la lagune, ce dernier nous a recommandé deux restaurants dans le centre ville : Le Barril Grill et la pizzeria Bertilla pour diner le soir. Nous avons opté pour le Barril Grill qui, en plus d’une cuisine locale, propose d’excellents burger avec frites faites maison (et comme à ce moment là on avait envie de changer un peu des tacos et compagnie c’était parfait). Nous nous sommes régalés et le petit restaurant est charmant. Par la suite nous avons rejoint notre cabane et avons repris la route le lendemain pour Tulum.

 

Bacalar a été un énorme coup de cœur, un des plus beaux coins de la cote à nos yeux! Ici pas de foule, une ambiance très « peace and love », un cadre loin d’être bétonné de tout les cotés comme on peut trouver sur la Riviera, des hébergements à taille humaines, bref, un bonheur! Espérons que ce petit paradis reste tel quel au fil des années et qu’on ne vienne pas y construire ces énormes hôtels immondes que l’on retrouvent pas mal sur la Riviera (ces derniers casseraient complètement le charme du coin). Nous en doutons tout de même un peu car d’après Roberto, il y aurait chaque année, de plus en plus de touristes qui descendraient jusqu’à là… A nous tous, donc, lors de notre passage là-bas, de contribuer à la préservation de cette lagune afin que ça ne devienne pas, une Riviera bis!

 

 

Autres articles à découvrir :

6 réflexions au sujet de « Bacalar, paradis sur terre »

Laisser un commentaire