Pérou

Randonnée Laguna Wilcacocha

Cette randonnée a été la première de notre trip péruvien. Nous l’avons faite lors du 2ème jour, après avoir passé une première journée dans la ville de Huaraz. La lagune Wilcacocha se situe dans la Cordillère noire, à 3700m d’altitude, et permet d’avoir un magnifique point de vue sur les sommets enneigés de la Cordillère blanche, qui se situent juste en face. C’est une excellente randonnée d’acclimatation que nous recommandons pour commencer en douceur avec l’altitude.

Contrairement aux autres randonnées que nous avons fait du coté de Huaraz, cette dernière ne se situe pas dans le Parc National de Huascaran, par conséquent, il n’y a pas de droit d’entrée à payer. C’est également la seule randonnée que nous avons fait sans guide (car ici tout est vraiment très simple).

Pour se rendre au point de départ, il faut prendre un « collectivo » depuis Huaraz, au croisement des rues « Avenida Raymondi » et « Jiron Hualcan » à proximité de l’Hôtel Marvin. A partir de ce point, il faut prendre le collectivo ligne 10 ou E en direction de Chiwipampa. 

Prêts pour l'aventure !

Ici il y avait tellement de bazar urbain, entre les mille et une voitures de l’avenue et tout les locaux qui traversaient à tout va, que nous n’avons trouvé nul part l’endroit ou était indiqué les lignes des différents collectivo. Il y en avait un peu de tout les cotés, on a eu sur le coup un peu de mal à s’y retrouver, jusqu’au moment ou un collectivo est arrivé et le chauffeur, voyant notre air perdu, s’est mis à crié par la fenêtre en nous regardant : « Laguna Wilcacocha? » Yess!! Du coup nous avons traversé l’avenue en courant et chopé ce collectivo au vol ^^ (on ne sait toujours pas si il s’agissait de la ligne E ou 10 lol).

Le trajet prend un bon quart d’heure. Au niveau du prix, on nous a demandé S/1 chacun à l’allée et S/2 chacun pour le retour (il convient d’avoir de la petite monnaie). Première fois que l’on tentait l’expérience en collectivo et autant dire que c’était haut en couleurs : une conduite sport, des locaux en tenues traditionnelles, un moment nous étions tous serrés comme des sardines, certains voyageaient même debout, ça braillait et klaxonnait de tout les cotés, en bref ça nous a bien fait rire ^^

Jox a trouvé sa place

Une fois arrivés, il y a, au début de la randonnée, une petite épicerie, pour acheter de l’eau ou quelques encas. Nous concernant nous avions prévu des sandwichs achetés la veille afin de les manger une fois là-haut à la mi journée. Il faut impérativement prévoir de quoi se ravitailler, car en cours de route il n’y a aucun petits commerces. A savoir que lors des journées ensoleillés il fait très chaud au cours de cette randonnée, il convient donc de prévoir ici un pantalon léger, un t-shirt, une casquette et surtout une bonne crème solaire indice 50 (on a clairement dégouliné de sueur pendant toute la montée, tant le soleil tapait le jour ou nous y étions). Une fois là-haut il y avait par contre pas mal de vent et la polaire était vraiment appréciable malgré le soleil.

Début de la rando, à la descente du collectivo
On commence par traverser une rivière sur un pont
On commence à monter doucement
Il y a vraiment très peu de monde
Les paysages sont top

Au moment de débuter la rando, nous avons croisé un jeune couple, mais à l’inverse de nous 2, ces derniers sont partis pleine balle et en quelques minutes, on ne les voyait déjà plus. Nous avons donc été seuls pendant une bonne partie de la montée.

Au niveau de la difficulté, oui ça monte, mais ce n’est pas non plus une montée hyper raide super physique. Par contre, avec l’altitude, nous nous sommes vraiment forcés à faire un pas après l’autre pour aller le plus doucement possible. Par moment on avait vraiment l’impression de se trainer, mais comme on sentait que l’on s’essoufflait plus rapidement que d’habitude, nous avons préféré procéder ainsi pour nous acclimater au mieux.

En cours de route, nous avons d’ailleurs halluciné car il nous est arrivés à plusieurs reprises de passer par des petits villages avec quelques maisons par ici et par là-bas, en pleine nature, ou certains locaux faisait la même montée que nous avec une charge incroyable sur leur dos! Et ces derniers allaient mille fois plus vite que nous. On a vraiment pu constaté ici à quel point l’altitude ne leur fait rien.

Village au cours de la montée
Un habitant du coin avec la récolte du jour dur son dos
Petit village

Une chose nous a cependant frappé ici : la pauvreté des villages. Les maisons sont faites avec un genre de boue séchée, il y a juste les 4 murs et ça s’arrête la. Les personnes qui vivent à cet endroit sont bien loin du confort que nous pouvons avoir chez nous. Autour on croise souvent de nombreux champs de plantation ainsi que divers animaux comme des poules, des moutons, des cochons, des vaches et tout ce petit monde se ballade en liberté . Il est donc tout à fait possible de croiser l’un d’eux sur sa route au cours de la montée. A chaque fois que l’on croisait des locaux, nous avons toujours eu un « bonjour » et des grands sourires. 

Un cochon qui fait sa vie
Mouton à l'horizon
Locaux qui guident le troupeau de moutons
Les chiens d'un village qui nous ont suivi environ 30min au cours de la montée

Au cours de la montée, il y a plusieurs chemins qui mènent à la lagune, certains sont plus longs et plus simples, d’autres sont plus courts et plus raides. Lors de notre passage dans un des villages, une dame nous a conseillé de couper à travers champs sur un petit chemin histoire d’arriver là-haut plus vite. Nous avons suivi ses conseils et avons réussi sans mal des montagnes mais c’était beaucoup plus raide que le premier chemin emprunté, qui lui montait vraiment tranquillement.

A ce moment là, nous avons croisé le fameux couple du début, qui était parti pleine balle. La fille était hyper mal en point, assise par terre et elle n’arrivait presque plus à respirer. Ici on peut te dire qu’on a bien compris qu’en haute montagne rien ne sert de courir, la preuve! Ça peut carrément  mettre ton aventure en péril.

En attendant, la montée nous a offert de magnifique paysages sur la Cordillère Blanche.

Plus on monte et plus c'est beau
On était tout en bas au début

Nous sommes arrivés à la lagune Wilcacocha après 3h d’efforts à un rythme tranquille. Cette dernière est assez petite et contrairement à d’autres que nous ayons vu, c’est la moins spectaculaire, mais le panorama autour sur la Cordillère Blanche est à tomber ! Nous avons de plus croisé ici pas mal de locaux qui cultivaient des pommes de terre.

Laguna Wilcacocha avec vue sur le Cordillère Blanche
Autre point de vue sur la Cordillère Blanche
Petit zoom sur les sommets enneigés
Locaux qui cultivent des patates

Après une pause pique nique bien méritée en ce lieu, nous avons entamé la redescente par un autre sentier qu’à l’allée, histoire de découvrir d’autres passages et le paysages était toujours aussi beau ! 

Et on redescend

Bilan sur cette randonnée 

 

Même si cette dernière n’est pas la plus spectaculaire du coin, elle mérite tout de même le détour. Nous avons trouvé le cadre très sympa et reposant, avec des vues de plus en plus belles au cours de la montée. Niveau difficulté, nous avons trouvé la montée relativement simple. Randonner jusqu’à la Lagune Wilcacocha est donc pour nous une excellente option pour commencer la découverte des alentours de Huaraz en douceur.

Autres articles à découvrir :

4 réflexions au sujet de « Randonnée Laguna Wilcacocha »

  1. Super!! Nous sommes allés au pérou mais en voyage organisé. Trop v…x pour faire comme vous 2. Regrets mais trop tard
    Profitez un Max (sans jeu de mots)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.