Iles Canaries

Que voir à Lanzarote?

 

Lanzarote est une île qui regorge de merveilles et pour la découvrir dans son intégralité il faut compter une semaine sur place.

Tu recherches un endroit pour faire de la randonnée, découvrir des paysages lunaires et volcaniques, avoir du soleil et te la couler douce occasionnellement sur une plage paradisiaque? Lanzarote et sa voisine Graciosa sont faites pour toi! Fonce, tu ne seras pas déçu!

En revanche, ton souhait est plus de passer une semaine en mode « farniente », à profiter de la plage? Dans ce cas, privilégie l’île voisine de Fuerteventura (nous ne l’avons pas faite mais d’après les échos que nous en avons eu, elle est idéale pour ce type d’activité).

Dans cet article, nous allons te présenter ces endroits à ne pas louper sur Lanzarote, du nord au sud, histoire de balayer l’île dans sa totalité (les plages, les randonnées, les routes panoramiques ainsi que les villes auront un article chacun, il n’y aura donc rien sur ces sujets dans cet article).

 

 

 

Le nord de l’île

 

 

El Mirador del Rio :

Ce dernier est un mirador qui se situe à 400m d’altitude sur les falaises de Famara. Il offre une vue imprenable sur l’île de Graciosa qui se situe juste à coté de celle de Lanzarote.

Horaires : 10 h à 17 h 45

Horaires d’été (1er juillet – 30 septembre) : de 10 h à 18 h 45

Tarifs : 4,75€/adulte – 2,40€/enfant de 7 à 12ans – ou forfait, clique ici

Le propriétaire de l’appartement que nous avons loué nous avait conseillé de ne pas payer pour pouvoir profiter de la vue étant donné qu’une des routes (la LZ 202) qui mène au Mirador offre exactement la même vue. Nous avons donc suivi ses conseils et n’avons pas été déçu, la preuve en photo 🙂

 

 

 

 

La Cueva de los Verdes :

 

 

Il y a plusieurs siècles, le volcan Monte Corona, situé au nord de l’île,  entra en éruption et déversa de grande quantité de lave aux alentours. La Cueva représente un tunnel de lave formé par l’activité de cette montagne de feu. Aujourd’hui, le tunnel fait 7km mais seul 1km est ouvert au public avec un guide obligatoire. La visite dure environ 50minutes (en espagnol et anglais). Ici on a un peu l’impression de voyager au centre de la terre, c’est assez surprenant à voir et la fin de la visite réserve une belle surprise que nous ne révélerons pas histoire de ne rien gâcher si tu venais à te rendre sur place un jour 🙂

 

 

Horaires : de 10h00 à 18h00. Dernière visite à 17h00.

Horaires d’été (1 juillet – 30 septembre) : de 10h00 à 19h00. Dernière visite à 18h00

Tarifs : 9,50€/adulte (20 % de réduction à partir de 15h) – 4,75€/enfant de 7 à 12ans  (20 % de réduction à partir de 15h) – ou forfait, clique ici

Le petit moins : les groupes constitués pour la visite, peuvent vite devenir imposant. Ne t’attends pas à faire cette visite à 10 ou alors essaye d’arriver des l’ouverture.

 

 

 

 

Jameos del Agua :

Un lieu original qui par endroit fait rêver! On passe dans un premier temps dans un restaurant situé dans un genre de tunnel de lave semi ouvert. On poursuit par un nouveau grand tunnel de lave ou au centre si situe une lagune avec les fameux petits crabes albinos aveugles, espèce endémique de l’île.

 

 

Ici, cependant, ne t’attends pas à voir de grosses bêtes, car il sont vraiment minuscules, limite microscopiques. On arrive enfin au clou du spectacle, la magnifique piscine avec les palmiers, entourés de rochers volcaniques sur fond blanc (ce qui fait vraiment ressortir le bleu de l’eau). On aurait vraiment eu envie de piquer une tête mais impossible, cette piscine est là juste pour le décors. On termine la visite par un auditorium unique au monde par ses caractéristiques géologiques et ses conditions acoustiques.

 

 

Horaire : de 10 à 18 h 30 (à savoir : il y a certains soirs ou il est possible de rester jusqu’à 00h30 afin de diner sur place et d’assister par la suite à un concert dans l’auditorium. Lors de notre venue il s’agissait des mardi et samedi mais ces jours peuvent changer). Nous trouvons cependant dommage, de ne pas faire cet endroit de jour, car les couleurs ne ressortirons pas de la même façon de nuit (surtout au niveau de la piscine)

Tarifs : 9,50€/ adulte (20 % de réduction à partir de 15h) – 4,75€/enfant de 7 à 12ans (20 % de réduction à partir de 15h) – ou forfait, clique ici

 

 

 

 

Le Jardin des cactus : 

Ce magnifique endroit est né dans une ancienne carrière de pierre et on y trouve des cactus venus des 5 continents! Au total tu découvriras 4 500 spécimens de 450 espèces différentes, regroupées en 13 familles de cactus. Nous avons adoré! Avec le ciel bleu que nous avions le jour de la visite, le vert des plantes ressortait très bien et ce fut très jolie à voir!

 

 

 

Horaires : de 10 à 17 h 45

Horaire d’été (1er juillet – 30 septembre) : de 9 h à 17 h 45.

Tarifs : 5,80€/ adulte (20 % de réduction à partir de 15h) – 2,90€/enfant de 7 à 12ans (20 % de réduction à partir de 15h) – ou forfait, clique ici

 

 

 

 

La Maison Musée de César Manrique :

Située dans le village d’Haria, cet endroit permet de découvrir la maison de l’artiste/architecte qui a façonné l’île de Lanzarote! Les 4 points d’intérêt cités juste au dessus font d’ailleurs partie des œuvres de ce dernier. Une chose est sur, lors de ta découverte de Lanzarote, tu risque d’entendre son prénom un peu partout ^^ Nous n’avons pas visité cet endroit, nous avons préféré privilégier la Fondation de l’artiste dans le centre de l’île (explication plus bas). Pour plus d’infos sur la visite de cette maison clique ici

 

 

 

Mirador la Ermita de las Nieves : 

Il s’agit du plus haut point de vue de l’île de Lanzarote, à 600m d’altitude. La parking se situe devant une petite église isolée qui porte le même nom que le mirador. Pour s’y rendre, en venant d’Haria par exemple, il faut prendre la LZ10. Une fois la montée en zigzag effectuée, tu apercevras une base militaire en forme de dôme, il faut alors prendre la piste qui part à droite,  non vers le dôme totalement à droite (car zone militaire donc interdit) mais tout droit. Après quelques minutes, on arrive à l’église. Attention, il n’y a pas de garde-corps sur les falaises et cette  zone très ventée. Le panorama, quant à lui, est magnifique!

 

 

Il existe d’autres miradors dans cette zone, notamment celui du « Risco de Famara » mais les panoramas se ressemblent tous car les miradors sont quasiment aux mêmes endroits. Les deux à ne pas louper à nos yeux, sont ceux du « Mirador del Rio » dont nous avons parlé en premier, qui offre une magnifique vue sur l’île de Graciosa et celui de la « Ermita de las Nieves » dont nous parlons ici qui offre une très beau point de vu sur la mer en direction du centre de l’île.

 

 

Un petit récap’ des différents points d’intérêts au nord

 

 

 

Le centre de l’île

 

 

La Fondation de César Manrique :

Située dans le village de Tahíche, cet endroit a été la deuxième maison de l’artiste, lors de son retour de New-York, fin des années 60. Elle a été construite au milieu d’une coulée de lave et ici, ce dernier a voulu fusionner volcan et architecture.

 

 

Nous avons trouvé toutes la partie « exposition des tableaux » assez ennuyeuse (tout simplement car l’on ne s’intéresse pas à l’art) cependant la visite de la maison est très jolie et est par endroit des plus originale. On retrouve souvent cette lave volcanique qui contraste avec ce blanc. Le tarif de 8€ par adulte reste cependant assez chère car on y fait vite le tour.

 

 

Pour plus d’infos sur les tarifs et horaires clique ici (à savoir : si tu souhaites visiter la Maison et la Fondation, il est possible d’acheter un bille regroupant l’entrée des deux endroits, cela te reviendra moins chère,15€, que d’acheter tes entrées au détails, 18€.)

 

 

 

 

Les Montagnes de feu du Parc National de Timanfaya :

L’endroit à ne louper pour rien au monde! Une merveille! Alors oui ces volcans se méritent. Pourquoi? Car c’est l’un des endroits de l’île qui attire le plus les foules et si tu ne veux pas y perdre trop de temps, il va falloir ce jour là te lever tôt car sinon tu risques de te retrouver entourés de bus touristiques blindés.

 

 

Le petit coté frustrant c’est que ce lieu n’est pas accessible aux piétons à l’inverse du Parc Naturel des volcans (qui est collé au Parc National). Afin de protéger l’environnement, la visite s’effectue dans un de ces grands bus touristiques avec chauffeur. C’est certes rageant, mais même ainsi, crois nous, ça mérite le déplacement (par jour de beau temps de préférence, afin que les couleurs rouge / orange ressortent bien sur la lave noir).

 

 

Pour rejoindre le point de rendez-vous pour partir en bus il te faudra traverser une partie de la magnifique route LZ67  (nous en parlerons d’avantage dans l’article consacré aux routes panoramiques). Tu y trouveras de nombreux panneaux avec le petit diablotin (l’emblème du parc). Une fois sur place il faudra patienter en voiture devant la barrière. Le guichet à coté ouvre à 9h.

 

 

A savoir :

En décembre, nous sommes arrivés à 8h30 devant cette barrière et nous étions les premiers. Peu de temps après notre arrivée, les voitures ont commencé à faire la queue derrière nous, mais la file d’attente était raisonnable. En été, la situation est complètement différente : il y a tellement de monde qui souhaite découvrir ce parc que la queue peut parfois atteindre les 1h30. Le soucis est que le parking d’attente est tellement petit que cette file indienne se propage la plupart du temps sur la route, ce qui provoque souvent de monstrueux bouchons sur la LZ67… A cette saison, sois sur place au moins une heure avant l’ouverture, cela t’évitera sans doute de passer des heures à attendre dans ta voiture. La LZ67 est de plus une route qui ne propose qu’une seule voie dans chacun des deux sens de circulation, par conséquent, si tu souhaites la traverser sans passer par la case « visite en bus » tu risques d’avoir de fortes chances de te retrouver dans les embouteillages.

 

 

Après avoir payé l’entrée, il te faudra rouler quelques minutes jusqu’au parking des bus et c’est ici que commencera ta visite. Si tu es le premier à attendre devant la barrière comme nous (avant de payer ton entrée), tu auras de grandes chances d’avoir les premières places dans le bus, celles juste devant la baie vitrée du conducteur. C’est à cet endroit que nous étions assis et c’était beaucoup plus facile pour prendre des photos (car moins de reflets).

 

 

La visite en bus dure une bonne demi-heure et en aucun cas tu ne pourras descendre, mais par moment le conducteur fera des pauses, histoire de prendre des photos derrière les vitres. Le jour de notre visite, nous sommes tombés sur un chauffeur très sympa, qui nous a même permis de faire des photos de sa fenêtre ouverte. La balade à travers les volcans est grandiose, on a vraiment eu l’impression de changer de planète! La mer de lave, crée par les éruptions volcaniques qui ont eu lieu entre 1730 et 1736, s’étend sur 200km carré parmi lesquels reposent 25 cratères endormis. Avec le soleil, les couleurs ocres des volcans et le noir de la lave offre un spectacle absolument fou! Nous sommes restés scotchés et voir toute cette lave pétrifiée à perte de vue fut réellement impressionnant. La visite en bus est commenté en espagnol, en anglais et en allemand.

 

De retour au parking, tu pourras aller observer les petits geysers ainsi que le four naturelle ou sont chauffés les plats du restaurant du parc qui porte le nom « El Diablo ». Ici à 10m sous terre, la température est à 400°! Tu pourras par la suite terminer ta visite en déjeunant au restaurant qui est ouvert entre 12h et 15h45 ou encore en faisant un petit tour dans la boutique souvenirs. Si tu as envie de te retrouver dans des paysages digne de la planète mars ou encore la lune, ne loupe surtout pas cette visite incroyable!

 

 

Horaires : 9 h – 17 h 45 (Dernière visite de la Route des Volcans : 17 h)

Horaire d’été (1er juillet au 30 septembre): 9 h 00 à 18 h45

Tarifs : 10€/ adulte (20 % de réduction à partir de 15h) – 5€/enfant de 7 à 12ans (20 % de réduction à partir de 15h) – ou forfait clique ici

 

Attention activité piège à touristes : 

Sur la route LZ67, dans le Parc National de Timanfaya, tu découvriras un parking avec une trentaine dromadaire. Ces derniers sont là afin que les touristes effectuent une balade sur leur dos dans le parc des volcans. Nous te déconseillons vivement de faire cette activité : d’une car le parcours est ridicule (une simple petite boucle, juste histoire de dire que tu as posé tes fesses sur un dromadaire), de deux et principalement pour cette raison : ces animaux font plus de la peine qu’autre chose! Ces derniers sont parqués sur le parking toute la journée sous le soleil sans un coin d’ombre, enchainés les uns derrière les autres et certains sont même muselés car réputés pour être agressifs. En même temps, quand on voit les conditions, l’agressivité se comprend, les pauvres doivent être blasés d’être exploités ainsi. Ici tu ne monteras pas à une personne sur leur dos mais à deux personnes (bé oui, il y a tellement monde que niveau pognon ça rapporte plus de mettre deux personnes qu’une seule…). Ces pauvres animaux ne sont de plus pas très épais… Ici c’est un vrai truc attrape touriste à fuir absolument!

 

Si tu suis nos aventures depuis un moment, tu vas sans doute nous dire : « Oui mais pourtant vous avez fait du chameau en Mongolie, c’est la même chose! » et bien ici on te répondra que non! Et on va très vite t’expliquer pourquoi : les chameaux que nous avons monté en Mongolie sont bien loin d’être exploités de la même façon qu’ici. Ces derniers vivent libres, sans aucune chaines aux pieds, ni muselières. L’éleveur qui les détient, vit au milieu de nul part, dans un désert, ce qui veux dire qu’il n’y a pas foule et que les chameaux ne font pas des balades à la chaine non stop. Tout était fait dans le respect de l’animal qui était de plus beaucoup plus épais que ces pauvres dromadaires (et ici une seule personne sur le dos pas deux). En dehors des quelques balades, ils vagabondent à leur guise et ils font leur vie tout simplement, ici pas de barrière, pas d’enclos. De plus, le fait de faire ces quelques balades, aide leur éleveur à survivre dans ce milieu hostile. En Mongolie, le chameau est un animal d’élevage, on monte dessus un peu comme on monte sur un cheval en France. Les conditions ne sont donc absolument pas les mêmes. Si nous étions tombés sur le même cadre qu’à Lanzarote, jamais nous ne serions montés sur leurs dos car nous détestons participer à l’exploitation malsaine des animaux.

 

 

D’autres endroits, qui ne nous attiraient pas spécialement (nous ne les avons donc pas fait), sont aussi à découvrir dans le centre de l’île comme La Casa Amarilla (ancien siège du Conseil municipal de Lanzarote) et le MIAC (musée international d’art contemporain) du coté d’Arrecife ainsi que le Monumento al Campesino (monument du paysan) situé en plein centre de l’île à San Bartolomé.

 

 

Un petit récap’ des différents points d’intérêts au centre

 

 

 

Le sud de l’île

 

 

Las salinas de Janubio :

Un spot qui expose les marrais salants avec leurs teintes rosées au coucher du soleil, cependant lors de notre venue, ils étaient tous à sec… Nous n’avons donc pas pu profiter du décors. Ces derniers se voient depuis la route, il y a des endroits pour stationner sur le bas coté (mais que pour quelques voitures). Après les avoir observés depuis la route, n’hésite pas à stationner sur le parking en terre, qui se trouve un peu plus loin sur la route afin d’aller te balader sur la lagune et la belle plage de Janubio avec son sable noir. Nous avons beaucoup aimé cet endroit.

 

 

 

 

 

 

 

Los Hervideros :

Ce sont des petites falaises de lave pétrifiée, façonnées par les vagues et par endroit le décors est des plus surprenants. Nous y avons passé un bon moment, les vagues qui explosent sur les parois rocheuses offrent un véritable spectacle ou il est possible de faire de bien jolies photos.

 

 

 

 

 

 

 

El Charco de los Clicos :

Gros coup de cœur pour cet endroit ou le contraste des couleurs est incroyable! Une lagune verte présente sur une plage de sable noir bordée non loin par le bleu azur de la mer sans oublier ces rochers couleurs ocres autour. Avec tout ça tu rajoutes un soleil pétant et le tour est joué!

 

 

Il y a quelques temps, il fallait stationner sur un parking et aller sur cette plage à pied. Aujourd’hui, suite à un éboulement, il est strictement interdit de se rendre sur la plage. Pour observer cette lagune, il faut donc se rendre à l’entrée du village El Golfo, stationner sur le parking du premier restaurant et emprunter le petit sentier très rapide afin de la voir d’en haut.

Pour profiter du spectacle, il faut vraiment y aller lorsque le soleil est présent, à défaut, la couleur verte de la lagune ne ressort pas. Ce lieu est très touristique, attention à la pleine saison.

 

 

 

 

Le Musée de l’Atlantique :

Ce dernier se situe à Playa Blanca, tout au sud de l’île et il est on ne peut plus original étant donné que la visite se passe sous l’eau, jusqu’à 12m de profondeur pendant environ 45min. Tu l’auras compris, ici, il faut plonger avec des bouteilles pour pouvoir le découvrir. Nous ne l’avons pas fait car en décembre l’eau reste relativement fraiche (même avec une combinaison) cependant nous avons lu sur le sujet d’excellents retours. Pour plus d’infos sur ce type de visite clique ici. Le prix est de 12€/personne

 

 

Un petit récap’ des différents points d’intérêts au sud

 

 

Cet article sur les points d’intérêts à ne pas louper à Lanzarote est à présent terminé, nous espérons qu’il pourra t’aider à organiser ton séjour là-bas. Pour les plages, les randonnées, les villes & villages, les routes panoramiques ainsi que l’île de Graciosa, retrouve nos articles ici

 

 

 

Autres articles à découvrir :
18 Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.