Mexique

Pourquoi nous n’avons pas accroché avec la Riviera Maya ?

 

Ah la fameuse Riviera Maya, l’endroit qui fait rêver mille et une personnes! On a tous en tête ces belles plages de sable blanc, ces magnifiques palmiers, ces eaux bleu turquoises de la mer des Caraïbes, ses fonds marins riche en poissons. Avant notre départ, faut dire que cet endroit nous vendait forcément du rêve, car à chaque fois qu’on nous en parle en France,  ce coin du globe est toujours présenté sous son meilleur jour : la belle plage de Tulum déserte au petit matin, là ou on peut faire tranquillement son footing et sa séance de yoga pour bien débuter sa journée… On te voit déjà avec des étoiles plein les yeux en lisant le début de cet article.

 

Mais sinon, en vrai, c’est pareil qu’à la télé la Riviera Maya? Ha! La question qui à nos yeux fâche un peu ! Venons en à la confrontation « média » VS « réalité ». Comme tu le sais, nous essayons à travers ce blog d’être les plus transparents possible envers toi cher lecteur, c’est à dire qu’au cours de nos voyages, que l’on soit déçus ou à l’inverse émerveillés, nous n’hésitons pas à tout retranscrire ici. Il faut être honnête, dans un voyage même si la plupart du temps ce n’est que de l’émerveillement, il peu aussi y avoir, de temps à autre, des déceptions, et ce fut clairement le cas pour nous ici.

 

Avant notre départ, nous savions que cet endroit rimerait avec « tourisme de masse ». Bien que nous détestons ce genre d’ambiance, cela aurait été tout de même dommage, à nos yeux, de passer au sein de cette péninsule sans passer par Tulum par exemple, qui a tout de même ce coté mythique. Ici c’est un peu comme aller à Paris et louper la Tour Eiffel, c’est certes un endroit à touriste, mais ça reste à voir au moins une fois dans sa vie. Notre souhait était également de nous faire notre propre avis sur cette cote caribéenne dont on entend tant parler chez nous.

 

 

 

 

Combien de temps avons nous passé sur la Riviera ?

 

Au cours de notre road-trip de 15 jours, nous sommes donc arrivés sur la Riviera le dimanche 14 janvier en fin de matinée pour repartir en France le samedi  20 janvier en fin d’après-midi.

Pourquoi avoir décidé de terminer par la Riviera?

Tout simplement car l’on s’était dit que ça serait la phase un peu plus « tranquille » du voyage et que cela ne nous ferait pas de mal de nous poser un peu avant le retour chez nous. Parmi ces 5 jours et demi, nous ne sommes pas restés que sur la Riviera (nous ne comptons pas le samedi 20/01 car les jours de départ ne sont, en général, pas signe de grandes découvertes car entre refaire les sacs, rendre la voiture de location, arriver en avance à l’aéroport etc, on a rarement le temps de faire grand chose). Nous avons donc sur ces 5 jours et demi passé une journée à Cobà/Punta Laguna et une autre journée en excursion à Sian Ka’an. Nous avons donc passé un total de 3 jours et demi sur la Riviera.

 

 

 

 

Ou avons nous dormi sur la Riviera ?

 

Concernant les nuitées, nous avions prévu 5 nuis du coté d’Akumal et la dernière nuit à Playa del Carmen.

Pourquoi avoir réparti nos nuits ainsi?

Akumal se situe plus ou moins à mi chemin entre Tulum et Playa del Carmen ce qui du coup nous plaçait à peu près au centre des choses à voir. Cette ville reste de plus un endroit pas trop éloignée pour se rendre au site archéologique de Cobà et pour Sian Ka’an, le départ s’effectuait depuis Tulum. Nous avons sélectionné un hébergement dans la jungle à 10min en plein nature de la route principale pour justement nous retrouver loin de la cohue de la Riviera la soir. Le dernier soir, nous avions choisi Playa del Carmen pour ne pas avoir à courir le lendemain, car notre loueur de voiture, qui devait nous ramener à l’aéroport, se situait dans cette ville. Un article sur l’ensemble de nos hébergements verra le jour prochainement 😉

Nous avons trouvé que c’était pratique de procéder ainsi, par contre, sur Playa, ne t’attend pas à être au calme en soirée, notamment si ton logement est sur la Quinta Avenida.

 

Notre logement du coté d’Akumal : Villa Duendes

 

 

 

La Riviera comment ça se présente au juste?

 

Ici on s’attendait un peu à trouver le cadre suivant : une route le long de la cote avec la mer et les différents hôtels à vu. Pouvoir par exemple profiter des paysages caribéens en roulant… En réalité, pas du tout! De Cancun à Tulum, c’est une longue ligne droite au milieu de la végétation ou tu ne verras rien à part la route et de temps à autre, ces immenses hôtels de luxe qui attirent toute la masse touristique. Nous sommes même tombés un moment devant des barbelés et des miradors  qui appartenaient à l’un de ces nombreux hôtels avec des gardiens, afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d’intrusion dans le domaine. On a trouvé ça assez dingue. On était donc loin ici du cadre de rêve qu’on imaginait, sans parler de tout ces mille et un parcs à thème, ces prisons à dauphins pour aller nager avec eux, ces cénotes qui sont bien plus chère qu’ailleurs… Tout est fait ici pour te forcer à la consommation! Tout est très « américanisé »! Nous avons trouvé particulièrement honteux, tout ces delphinariums pour aller nager avec les cétacés, on peux te dire qu’ici il y en a une ribambelle… On ne comprend absolument pas le plaisir que peuvent éprouver ces personnes, à nager avec un animal qui passe son temps à tourner dans un bassin pour amuser la galerie…! Quand on aime « vraiment » ces animaux, il convient plutôt de fuir ce type d’endroit.

 

Les trois quart des plages de la cote sont donc privatisées par ces hébergements haute gamme ou alors ce sont des baies avec des magnifiques villas ou, « officiellement » tu as le droit d’aller, mais ou « officieusement » tu n’as pas le droit. Par endroit, c’est un peu comme ça au Mexique, on t’annonce certaines règles qui en réalité n’en sont pas, puis il suffit d’avoir les autorités dans la poche pour que ces « règles » soient finalement appliquées… En dehors des plages de Tulum qui ont vraiment ce coté « paradisiaque », nous avons été déçu. Ici, nous nous attendions à de belles, longues et larges plages de sable blanc, avec de beaux palmiers or celles ou nous sommes passées étaient loin d’être bien larges et longues comme nous avions pu imaginer. Nous avons de plus, par endroit, trouvé beaucoup d’algues sur la sable sans parler de tout ces détritus rejetés par la mer… On a par exemple trouvé beaucoup plus jolie la « playa de las Conchas » sur l’île de Graciosa lors de notre voyage aux Canaries qui pour le coup était mille fois plus sauvage et authentique. La couleur de l’eau, reste cependant quant à elle magnifique, on retrouve bien ici ce beau bleu turquoise présent dans les Caraïbes. En dehors de quelques plages gratuites, comme celles d’Akumal, Playa del Carmen ou encore Puerto Morelos, il te faudra toujours payer un petit quelques chose pour y avoir accès. Niveau snorkeling, nous avons vu de bien jolies poissons plein de couleurs, cependant, nous nous attendions à des fonds marins plus colorés. La couleur des coraux restaient ici dans l’ensemble assez tristes. Quand on compare avec certaines photos de snorkeling faites par des amis en Indonésie par exemple, on trouve que ça n’a rien à voir (attention on parle bien ici de snorkeling et non de plongée).

 

Session de snorkeling

 

 

 

 

 

 

Un petit point sur les villes de la Riviera

 

  • Commençons par Tulum, le coin mythique

 

 

Le centre ville, en soi, ne casse pas des briques. L’allée principale possède un large choix de magasins de souvenirs (mais attention ici aux arnaques car comme cette zone est méga touristique… On a essayé de nous la faire à l’envers 2 fois au niveau des prix, alors que Joh parle couramment espagnol c’est pour dire!). En dehors, il y a bien entendu les fameuses ruines à découvrir (tu peux retrouver nos impressions sur cet endroit à travers notre article sur les sites archéologique ici). Pour résumer en quelques mots, c’est le site archéologique que nous avons le moins apprécié car très petit par rapport aux autres que nous avons fait, du coup la foule est plus imposante…

 

Tu trouveras également les fameuses plages de Tulum non loin (il est tout à fait possible d’y aller à pied). Alors oui, ok, les plages de Tulum sont de loin les plus belles de la cote, ce n’est pas un mythe! Des plages relativement grandes, avec un beau sable blanc, une eau bleu turquoise, de magnifiques palmiers… Mais à coté, tu trouveras mille et un espace privatisés par les nombreux hôtels du bord de plage, une foule à n’en plus finir, des gens qui braillent de tout les cotés et le must : des pêcheurs qui te sauteront dessus toutes les 30 sec sur la plage pour soit te proposer un tour de snorkeling au large, soit pour voir le site archéologique depuis la mer, et ça, ça nous a carrément barbé… Tu fais les boutiques dans le centre ville -> on te saute dessus! Tu vas à la plage -> on te saute dessus! Autant dire que par moment on étouffait un peu car ici on te force toutes les trente secondes à la consommation (clairement tout ce qu’on déteste!).

 

 

 

 

 

Nous avions prévu de passer l’après-midi sur cette plage pour nous détendre un peu, au final nous n’y sommes restés qu’une heure car beaucoup trop de monde pour nous. Toute cette agitation ne nous a clairement pas donné envie d’y rester plus longtemps car le cadre zen que l’on avait pu voir à plusieurs reprises à la Tv chez nous n’y était là clairement pas (bon on s’attendait à ce qu’il y ait foule hein, mais pas ce point là non plus). Nous nous sommes tout de même posé dans un petit bar/restaurant situé juste après la fameuse Playa Paraiso (endroit ou l’île de la Tentation a été tourné, bon ok ce n’est pas une référence, c’était juste histoire de la dire 😛 ). Bien entendu ici ne t’attends pas à des prix raisonnables… Tout est beaucoup plus chère qu’ailleurs… (en même temps, on s’en doutait un peu aussi).

 

 

 

  • Akumal et sa fameuse baie des tortues…

 

Sans aucun doute le lieu le plus honteux de la cote à nos yeux! Cet endroit est réputé pour aller nager avec les tortues dans la baie d’Akumal. Ce ne sont pas des animaux en captivité, ces tortues y vivent en total liberté. Elles sont présentes à l’année car elles y trouveraient de la nourriture en permanence. Nous concernant on trouve ça tout de même un peu bizarre justement… On se demande si elles ne seraient pas nourris par l’homme pour ne jamais bouger de cet endroit… Mais enfin mystère…

 

Alors ce qui nous a fait halluciner ici c’est qu’en arrivant non loin d’Akumal, on commence à apercevoir des panneaux sur la route, mettant en avant la préservation des tortues dans la baie… Euh sérieusement? Devons nous rire ou plutôt pleurer en voyant ce type de publicité mensongère? Nan parce que là il faudrait vraiment nous expliquer ou est le coté « conservation » justement… A nos yeux, il y en a aucun, si ce n’est empocher du pognon avec les touristes qui se prêtent à ce type d’activité malsaine…

 

Voici comme se déroule les choses : les trois quart des gens passent ici en général pas une agence. Ces dernières arrivent sur place tout au long de la journée avec des groupes plus ou moins imposants, tout le monde se met à l’eau et là, il faut suivre un genre de parcours entre les bouées pour observer les tortues sous l’eau. Ces animaux sont donc en permanence avec des individus au dessus de leurs carapaces. Il nous est arrivé de voir, lors de notre passage sur cette plage, une vingtaine de personnes qui stagnaient là, dans l’eau, sans aucun doute au dessus d’un de ces animaux… Autant dire que ça nous a clairement dégouté! Les touristes n’ont en général pas le droit de plonger pour ne pas les perturber mais malheureusement, beaucoup ne respectent pas cette règle (ba oui quoi, faut bien faire un selfie avec l’animal, c’est tellement tendance après sur les réseaux sociaux de montrer ça aux copains…). Alors imagine toi, être chez toi, et avoir quelqu’un qui t’observe à longueur de journée depuis le toit de ta maison, on doute que tu aimerais hein? Ba dis toi que c’est la même pour ces tortues 😉 surtout que ces animaux souffrent beaucoup du stress.

 

Groupe de touristes au loin au dessus des tortues…

 

Alors avant notre départ, pour être honnêtes, on s’était dit qu’on irait les voir au petit matin, sans agence et sans guide, lorsqu’il n’y a encore personne histoire d’être tranquilles. Sauf que le jour ou nous nous sommes rendus sur place la première fois, en fin d’après-midi, histoire de nous balader sur la plage et de voir à quoi ressemblait cette fameuse baie dont on n’avait tant entendu parler, c’était tellement l’usine qu’on a renoncé à y retourner le lendemain matin. A nos yeux, c’était hors de question d’aller observer ces pauv’ bêtes, même au petit matin, car c’est justement à ce moment là qu’elles peuvent être tranquilles. Nous avons donc préféré respecter cela et ne pas nous mettre à l’eau.

 

Alors oui, comme beaucoup d’entre vous, nager à coté d’animaux marins est un rêve mais il faut savoir que des tortues, il n’y en a pas qu’à Akumal! Il est, par exemple, tout a fait possible d’en observer par surprise lors d’une session snorkeling, ailleurs sur la cote. C’est donc l’option que nous avons choisi et même si nous n’en avons pas vu et bien tant pis, il n’y a pas mort d’homme! On se dit qu’on aura sans doute la chance d’en croiser ailleurs au cours de futurs voyages. Rencontrer un animal par surprise c’est de plus tellement plus magique! Il serait judicieux que la plupart des gens qui se mettent à l’eau dans cette baie, pense d’abord au bien être de l’animal avant leur plaisir personnel 😉 On ne compte pas le nombre de personnes qui recommandent sur les réseaux sociaux et/ou sur les blog cet endroit, s’il vous plait ouvrez les yeux! Voyager c’est bien, mais voyager en étant responsable c’est mieux 😉

 

En dehors de cette nage avec les tortues, nous n’avons pas plus accroché que ça avec la plage d’Akumal. Elle est beaucoup plus petite que celles de Tulum et blindée de monde… Nous n’y sommes restés qu’une demi heure sans retrouver ce coté « paradisiaque ». Il ne faut pas oublier non plus que tout les parkings aux alentours sont forcément payants et on retrouve partout ces grands hôtels qui entourent la baie…  Berk!

 

 

Après la baie d’Akumal, parlons de la lagune Yal Ku qui se situe non loin. Étant donné que nous avions fait le choix de ne pas nager avec les tortues au petit matin, on s’était dit qu’on allait aller faire un peu de snorkeling au sein de cette genre de lagune, sauf qu’ici, on a vite déchanté aussi! Entre les casiers, le parking et les deux entrées, cela nous revenait à plus de 700 pesos pour deux!!! A savoir que pour les mexicains, 1000 pesos c’est un peu comme si c’était 500€ chez nous, sauf que là-bas, ça représente à peine 50€. On a donc trouvé ça hyper chère! Surtout pour aller barboter dans l’eau, faut pas déconner quoi! Alors oui, ça avait l’air très jolie, mais hors de question de payer autant pour aller observer trois poissons!

 

Le petit centre ville d’Akumal n’est, pour finir, pas très attirant, nous ne nous y sommes même pas arrêtés. En conclusion on mettrait facilement une note proche de 0 pour Akumal… A nos yeux c’est à fuir! On a vraiment ressenti ici ce coté très « attrape touristes ». On trouve juste étrange que la plage des tortues dispose d’un accès gratuit… Étonnant, vu qu’ici on te pompe un peu ton argent de tout les cotés.  Le seul point qui nous redonne un peu espoir pour cet endroit, c’est que nous avons appris courant février 2018, que les autorités souhaitaient interdire la nage avec les tortues sur l’ensemble de ce mois là! Un bon début! Espérons qu’avec le temps, cette activité soit totalement interdite dans cette baie! Foutons la paix à ces tortues une bonne fois pour toute!

 

 

  • Playa del Carmen, l’usine

 

 

Ici attend toi à déambuler dans une véritable usine à touriste car à Playa, tu entendras plus parler toutes les langues qu’espagnol! L’avenue phare est la « Quinta avenida » qui propose tout un tas de magasins de souvenirs, de boutiques pour faire du shopping ainsi que différentes agences pour partir en excursions. Ça reste sympa, mais à nos yeux, sur une courte durée.

 

 

 

 

 

La place principale avec les deux statuts face à la mer est charmante et on y trouve souvent des animations. Cependant, nous n’avons pas du tout accroché avec la plage de cette ville qui pour nous ne casse vraiment pas des briques… D’un coté, on a le ponton pour embarquer sur le ferry pour les différentes petites îles au large, de l’autre, tout les transats des grands hôtels… En bref, rien de bien exceptionnel!

 

 

 

 

Nous avons cependant trouvé un excellent restaurant italien au sein de la Quinta Avenida : Eat Italy – Il Baretto (parole d’une italienne ^^) On ne pensait vraiment pas mangé aussi bien dans une zone si touristique et pourtant ici tout est fait maison!

 

 

 

  • Puerto Morelos, le petit rescapé

 

 

Sans doute l’endroit le moins ravagé par le tourisme de masse mais on y fait très vite le tour. La plage est petite et ici on te sautera dessus pour te proposer un tour en snorkeling au large.

 

 

 

 

  • Cancun, une mocheté dans toute sa splendeur

 

 

Alors oui, ici on ne va clairement pas mâcher nos mots, cet endroit est absolument à fuir! A la base, nous ne devions pas y passer car on ne voulait pas perdre notre temps en ce lieu ou le « bling bling » rime avec excellence! Ce jour là, la pluie était malheureusement présente à la journée, nous avions donc décidé, pour nous occuper, d’aller faire le marché aux souvenirs de cette ville qui se situe à l’abri… et on est ressortis avec un gros mal de crane! Premièrement, tu ne trouveras rien de nouveau par rapport aux autres endroits et deuxièmement on te sautera dessus limite tout les mètres pour te forcer à entrer dans la boutique d’un tel ou d’un tel… Sans compter le nombre de fois ou l’on te demandera : « English? Spanish? French? Italian? » Bon une fois ça nous a tellement soulé qu’on a répondu qu’on était mongols, au moins on était sur qu’ils ne parleraient pas cette langue pour te forcer à acheter tout et n’importe quoi!

 

Par la suite, nous nous sommes dit qu’étant donné que nous étions sur place, on allait en profiter pour aller faire un tour en voiture dans la zone hôtelière du bord de mer… et là au secours! On s’attendait bien entendu à du moche, mais là, on peut t’assurer que ça bat les records! Nous nous sommes vite rendus compte que le tout était construit sur une genre de mangrove, du coup l’environnement naturel de nombreux animaux sauvages, a par la même occasion, du être ravagé… Il n’est de plus pas rare de trouver sur les trottoirs des panneaux « attention crocodiles ». Certains de ces animaux doivent donc toujours vivre dans les parages. Ici nous sommes passés dans un genre de Miami mais en 100 fois plus moche avec des hôtels immondes (niveau architecture certains sont vraiment horribles…) et des boutiques souvenirs avec la petite musique mexicaine que l’on entend à 3km (le bon truc à touriste quoi, histoire de te faire croire que tu es dans le « vrai » Mexique alors qu’en réalité pas du tout). De temps à autre, il nous est arrivés de croiser des genres de cabanes de pêcheurs à l’abandon (sans doute, du temps ou toutes ces horreurs n’avaient pas vu le jour). N’espère pas non plus voir les plages de la route car ici elles sont pratiquement toutes privatisées… Donc à moins de te payer une nuit à cent cinquante mille dollars, tu ne pourras pas y mettre les pieds! Nous n’avons pas de photo de cet endroit, désolé, notre appareil photo a refusé lui même de coopérer tant c’était moche!

 

 

 

En dehors de ces endroits y a t il des coins relativement tranquilles ?

 

Lors de notre passage sur la Riviera, nous avons eu dans l’ensemble un climat relativement nuageux avec un vent plus frais que la normal (surement du aux tempêtes de neige qui avaient lieu à ce moment là en Floride et à New-York). Il nous est donc arrivés de nous retrouver de rares fois sans grand monde autour mais à savoir si cela était du au climat ou non…

 

 

 

Au niveau des cénotes, nous t’invitons à lire la fin de notre article sur le sujet ici (tu y trouveras ceux que nous avons fait sur la Riviera et pour lesquels nous avons eu très peu de monde).

Nous sommes cependant persuadés que le climat relativement frais du moment à ici joué en notre faveur.

 

 

 

 

Isla Mujeres, Cozumel, Isla Contoy, Holbox : pourquoi ne pas y être allés?

 

Concernant Isla Mujeres et Cozumel, quand on voyait le nombre de bateau partir de Playa del Carmen avec une foule monstrueuse de touristes à bord, autant dire que cela nous a complètement coupé l’envie d’y mettre les pieds (car si c’est pour nous retrouver dans une Riviera bis, non merci). Nous avons eu également pas mal d’échos comme quoi ces deux îles seraient devenues à leurs tours de vrais petites usines à touristes… Nous avons cependant entendu énormément de bien de la plongée sur l’île de Cozumel (donc si tu es plongeur, c’est apparemment à ne pas louper).

Une île nous attirait particulièrement, il s’agissait de la Isla Contoy, mais ici il n’est possible d’y accéder qu’avec un guide car le territoire est protégé. On ne peut donc pas vadrouiller à sa guise sur place, du coup nous n’y sommes pas allés. En revanche on trouve très bien que le nombre de personne à la journée soit limitée afin de préserver l’endroit (c’est du moins ce qu’on avait lu sur le net).

L’île qui nous aurait fait vibrer à coup sur c’est sans aucun doute Holbox, qui d’après ce qu’on a lu, à l’air d’être un endroit des plus authentiques et complètement hors du temps. Malheureusement, ici, il nous a manqué des jours sur place. On ne se voyait pas aller à Holbox et faire l’allée/retour dans la journée, cela ne vaut vraiment pas le coup. Une prochaine fois peut être ^^

 

 

 

 

En conclusion

 

Pour beaucoup, le Mexique ne se résume qu’à la Riviera. Quel dommage quand on connait les merveilles que possède le reste de la péninsule, et, sans aucun doute aussi, le reste du pays… En même temps, on se dit, qu’on ne peut pas trop en vouloir à tout ces gens qui ne jurent que par la Riviera, car de nos jours, lorsque l’on parle « Mexique », les seuls reportages qui existent se résument en trois points :  La Riviera, le Chichen Itza et la criminalité/drogue. As tu déjà vu un documentaire sur le site archéologique d’Uxmal par exemple ou encore de Calakmul? Savais tu ce qu’était un cénote, avant même d’avoir mis les pieds dans la péninsule? Connais tu un reportage qui t’ait donné envie d’explorer l’état de las Chiapas par exemple? (qu’aujourd’hui on meurt d’envie de découvrir).

 

A travers nos échanges avec d’autres voyageurs, nous avons constaté que c’est souvent par peur que la majorité des touristes se concentrent sur la Riviera (dans toutes ces monstrueuses formules « all inclusive » ou, la plupart du temps, tout coute les yeux de la tête) car étant donné que ce lieu est le plus touristique du pays, il est également le plus sur en terme de sécurité. On te réserve donc pour la suite un article sur « la sécurité et les policiers » dans la Péninsule du Yucatàn. Ici on te parlera justement de comment nous avons ressentis les chose au cours de ce road-trip, et tu verras par toi même que c’est bien loin d’être aussi flippant que tout ce que l’on peu entendre sur le Mexique. Attention, nous ne sommes pas entrain de dire ici que l’ensemble du pays est sur, loin de là. Cependant, il y a des coins qui sont largement accessibles par soi même, sans aucun stress à avoir et qui te permettront de découvrir ce que nous appelons la « vrai » péninsule du Yucatàn, et non le coté « américanisé » sur la Riviera ou, au final, il n’y absolument rien de mexicain.

 

 

Comme tu t’en doutes, la Riviera maya a donc été le moment de notre road-trip que nous avons le moins aimé, et pourtant, aujourd’hui, lorsque l’on parle de notre ressenti, la plupart des gens nous dise d’un air surpris qu’il est impossible de ne pas aimer cet endroit (car pour beaucoup la Riviera ferait parti des plus beaux voyages de leur vie…). Ici nous répondrons tout simplement que tout dépend du style de voyageur que tu es :

-Si tu aimes te retrouver dans la foule, loger dans des hôtels de luxe all inclusive, aller dans des parcs à thème ou tout coute une blinde, faire de la farniente toute la journée sur la plage pour peaufiner ton bronzage alors oui, effectivement, fonce sur la Riviera.

-Cependant si comme nous tu détestes ces formules all inclusive, que bronzer sur une plage t’ennuie au bout d’à peine une heure et que tu préfères de loin te retrouver seuls au monde plutôt que dans la masse à touristes, dans ce cas, il y a de grande chance que cet endroit ne te fasse pas rêver.

 

Si demain nous devons retourner au Mexique, il est sur que nous ne retournerons pas sur la Riviera. Cependant, nous ne regrettons absolument pas d’y être passés : d’une, car nous avons enfin pu découvrir ces fameux lieux dont tout le monde parle et par la même occasion, nous faire notre propre avis. De deux, car cela nous a permis de passer une superbe après-midi et soirée avec Véronique et Bob, un couple franco/américain que nous avons rencontré lors de notre balade en voilier sur la lagune de Bacalar, à 2h30 au sud de Tulum. A nos yeux, le voyage ne se résume pas qu’à travers des paysages époustouflants et des moments hors du commun à vivre, non. Les rencontres que nous faisons au cours de nos voyages restent aussi, en général, de magnifiques souvenirs et ici ce fut clairement le cas! Nous remercions donc chaleureusement Bob et Véronique de nous avoir accueilli chez eux, sur la Riviera, ou nous avons pu profiter de la baie à kayak, en snorkeling et à pied en étant seuls au monde, avant de déguster le soir un délicieux apéro et ceviche tout les 4 ensemble (première fois que l’on découvrait ce plat local qui est excellent). Le voyage permet vraiment de faire de superbes rencontres! Grâce à eux nous avons pu découvrir un coté de la Riviera beaucoup plus tranquille et paisible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles à découvrir :

6 réflexions au sujet de « Pourquoi nous n’avons pas accroché avec la Riviera Maya ? »

  1. Bonjour, je suis en train d’organiser un roda trip pour ma grande famille (nous sommes 7) et je trouve votre blog vraiment génial! Votre périple correspond quasiment à ce que j’envisageais et je pensais moi aussi réserver un logement sur la Riviera pour sillonner la côte. J’ai 2 questions: dans quelle partie me conseillez vous et où se trouve la maison de vos amis? Le coin avait l’air très nature.

    1. Bonjour,

      Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez au blog 🙂
      Concernant le logement sur la Riviera nous en parlons dans cet article, nous vous invitons à lire le chapitre « ou avons nous dormis sur la Riviera » ou tout est expliqué 😉
      Par rapport à la maison de nos amis, vous ne pourrez pas avoir accès à la plage car il s’agit d’une baie privée.

  2. J’aime beaucoup votre sincérité, on passe pas par 4 chemins, vous n’avez pas aimé et vous le dites ! Les personnes qui nagent avec les tortues sans se rendre compte de l’impact que ça a pour elles, quelle horreur… J’en prends bonne note car moi aussi je déteste les gros hôtels à touristes, bronzer à la plage plus d’un heure et la foule ! 😉

    1. Merci Aurore 🙂 La sincérité est un point qui à nos yeux est important lorsque l’on est blogueur.
      Pour les tortues on espère vraiment que l’activité sera rapidement suspendue.

  3. Comme je me retrouve dans votre récit… J’ai été extrêmement déçue par la riviera Maya (hormis le site de Tulum que j’ai plus apprécié que vous on dirait !) et j’ai carrément regretté d’être monté jusqu’à Playa, une perte de temps totale ! A la place j’aurais préférer pousser jusqu’à Merida puisque nous nous sommes arrêté à Valladolid. Concernant Akumal, je regrettais de ne pas avoir pu y faire un tour de jour pour les fameuses tortues, je n’ai rien à regretter apparemment !

    1. Ça fait plaisir de voir que nous ne sommes pas les seuls à penser ainsi 🙂 Pour Tulum, comme on y est allés à la mi journée (et en plus un dimanche) on pense que ça n’a pas aidé pour apprécier le site… Après ça reste beau c’est sur car avec la mer des Caraïbes en fond on retrouve ce coté « carte postale » mais avec la foule on s’est vraiment sentis ici oppressés. Pour Akumal tu n’as vraiment rien à regretter 😉 Le must à nos yeux est de pousser jusqu’au site de Calakmul (ce site est à nos yeux indétrônable dans la Péninsule du Yucatàn) 😉

Laisser un commentaire