Mongolie

Mongolie : Bilan de notre aventure et vidéo

 

Un article pour conclure sur cette incroyable aventure! Ici, on te dit tout en répondant aux questions qui nous on été posé depuis notre retour. Tu y trouveras nos coups de cœur, nos déceptions, nos anecdotes, nos conseils si tu tiens à te rendre sur place. On abordera aussi le point budget, modalités administratives, vaccin/santé et bien entendu, comme chaque bilan de voyage : notre vidéo ! Si tu as par la suite des questions qui n’auraient pas été abordé dans l’article ci-dessous, n’hésite pas à nous les poser en commentaire ou via l’onglet contact

 

Commençons toute suite par la vidéo, histoire de te montrer en live à quoi pourrait ressembler, un de tes futurs voyages dans ce pays 🙂

 

 

 

Pourquoi avoir choisi la Mongolie, ce pays qui reste inconnu pour la plupart d’entre nous?

 

La Mongolie est un pays qui nous a toujours intrigué car justement on ne connait pas grand chose sur ce lieu. On s’était toujours demandés comment pouvait on réussir à vivre en pleine steppe loin de toutes civilisations de nos jours. Avant de nous fixer sur cette destination, nous étions tombés sur quelques rares reportages TV qui montraient ces grandes étendues verdoyantes, ces peuples nomades, ces chevaux… La Mongolie rimait donc pour nous avec « voyage au grand air » et surtout avec « voyage dans un pays à mille lieux du notre ». En 2017, nous avons eu cette envie de sortir des pays « classiques », en choisissant justement un pays que personne ne connait. Nous voulions mettre les pieds, là ou au final peu de monde, les avaient déjà mis, ce qui signifiait forcément que le mot « aventure » rimerait avec un grand A! Notre souhait était donc: de nous retrouver en terre inconnu, de rencontrer les populations locales et surtout de couper avec notre culture! Clairement, ici, on voulait être plongés dans un autre monde!

Lorsque nous avons réservé notre voyage en Laponie finlandaise via l’agence Osm’oz Voyages, nous avions vu que l’agence proposait également des voyages en Mongolie avec Horseback Mongolia. C’est donc naturellement que nous avons eu envie de voir à quoi pouvait bien ressembler un voyage dans un tel pays et autant dire que le charme a vite opéré. Tu rajoutes derrière quelques épisodes de « Rendez vous en terre inconnue » et le tour est joué! Mongolie tu seras notre prochaine destination estivale!

 

 

 

Vous êtes partis en Mongolie avec la compagnie aérienne Aeroflot, n’avez vous pas eu peur de partir avec une telle compagnie?

 

Cette question, on nous l’a posé un grand nombre de fois et la réponse est belle et bien non! Aeroflot était une compagnie qui craignait il y a de ça 10ans mais de nos jours, il faut savoir que toute leur flotte a été renouvelé, les avions sont donc récents. Au total nous avons pris 4 avions (avec escale à Moscou) et nos 4 vols se sont très bien passés. Nous avons d’ailleurs connu des avions beaucoup plus vieillots avec Air Canada par exemple.

Les bémols de cette compagnie : les plateaux repas qui sont à nos yeux infectes, première fois que nous mangions aussi mal à bord (heureusement qu’il y a un Burger King à l’aéroport de Moscou 😛 ). Les écrans uniquement pour la première classe (prévois donc de quoi t’occuper car au final, le vol, en enlevant l’escale, dure 9h). Les bagages qui se perdent relativement souvent (même si ça n’a pas été notre cas, ouf!)

Si demain, nous devons reprendre Aeroflot, nous reprendrons cette compagnie sans problème.

 

 

 

Vous êtes arrivés à Oulan-Bator, la capitale, es ce une ville dangereuse?

 

Nous sommes restés deux jours à Oulan-Bator, lors de notre arrivée et lors du retour, et à aucun moment nous ne nous sommes sentis en insécurité malgré le nombre d’alerte que nous avions pu lire sur le sujet. Nous nous sommes même baladés sans guide, en soirée, et tout s’est très bien passé. Après nous ne sommes restés que dans le centre (lieu ou il y a la plupart des choses à voir). Il est arrivée par moment que nous soyons dévisagés, car il faut dire que ce n’est pas monnaie courante de voir deux européens en Mongolie. On va dire qu’on sentait que nous étions « étrangers », mais ce ressenti n’était pas non plus permanent.

 

 

 

Y a t il des choses qui vous ont particulièrement frappé au cours de votre parcours?

 

La diversité des paysages et autant dire que là, nous avons pris une énorme claque! Lorsqu’on parle de Mongolie en France, on imagine la yourte pommée en pleine steppe verdoyante avec la famille nomade et ses chevaux. Oui, mais la Mongolie ce n’est pas que ça, loin de là! Très souvent, nous avons limite eu l’impression de traverser plusieurs pays en même temps et c’est le premier voyage ou par moment on se demandait si nous n’étions pas dans des décors de cinéma tant les paysages étaient complètement dingues! Voir les photos est une chose, mais on peu t’assurer que voir les paysages mongols en vrai c’est encore autre chose! L’immensité des décors est ici complètement folle!

 

Le sens du mot « liberté » et autant dire qu’en Mongolie, ce dernier prend tout son sens! C’est le premier pays que nous avons visité ou nous nous sommes sentis aussi libres. En dehors d’Oulan Bator, chacun fait un peu ce qu’il veut. Tu veux planter ta tente à cet endroit pour passer la nuit? Et bé tu plantes ta tente à cette endroit là, ici pas besoin de permis ni d’autorisation! Dans les petites villes ou villages il n’est pas rare non plus de tomber sur des animaux au milieu de la route: vache, yak, chèvre etc ça fait un peu « bazar » avec la circulation mais c’est assez drôle à voir.

 

Les croyances et le respect de la nature. En Mongolie, beaucoup de chose ont un caractère sacrée et pour les mongols, les esprits sont représentés par tout un tas d’éléments naturels: le ciel, les montagnes, l’eau, le feu etc. C’est la première fois que nous voyons un peuple qui respecte autant sa terre et qui parle d’elle avec autant de respect et de fierté! Quand on voit le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, on se dit que beaucoup devrait prendre exemple sur leurs façons de voir les choses.

 

Rouler des km sans croiser le moindre signe de vie : un point qui nous a beaucoup impressionné. Parfois nous prenions la route (ou plutôt la piste) et nous roulions pendant 3h sans croiser le moindre signe de vie. Dans ces moments là, clairement, tu te dis qu’il ne vaut mieux pas qu’il arrive un pépin. C’est aussi dans ce type de moment que tu te rends compte à quel point la nature est imposante et surtout à quel point l’homme est minuscule au sein de cette immensité.

 

Les déchets dans la steppe : ici nous avons été pas mal choqué de voir le nombre de déchets à travers la steppe! Lors de nos randonnées à cheval, nous passions dans des endroits complètement coupés du monde, ou il n’y avait pas âme qui vivent et même dans ce type d’endroit, il y avait des détritus un peu partout : bouteilles de vodka, emballages plastiques, chaussures, cartons, on y trouvait un peu de tout. La Mongolie étant le pays qui possède la plus faible densité de population au monde, nous ne nous attendions pas à trouver tout ces déchets… Quelle dommage!

 

 

 

Quels ont été vos coups de cœur ? 

 

Nous avons eu des coups de cœur dans limite chaque province que nous avons traversée, il est donc très difficile de dire ce que nous avons vraiment préféré. On retient cependant 3 énormes coups de foudre :

 

  • Notre escapade à cheval dans la province du Khövsgöl au nord, ou nous avons monté la yourte avec des éleveurs et ou nous avons rencontré cette famille Tsaatan. Le cadre était ici digne d’un compte de fée! On a vite compris pourquoi la plupart des mongols nous disait que cette province était leur préférée.

 

  • Notre bivouac de 3 jours à cheval, au centre, dans la chaine du bas Khangai (province Arkhangai). Ici nous avons vibré entre galops infinis et paysages extraordinaires dans les steppes vallonnées. Au total, nous avons réalisé 150km accompagné d’un éleveur nomade et quel éleveur! Sans aucun doute la plus belle rencontre de notre voyage en Mongolie! Nous n’oublierons jamais cet homme avec qui nous avons vécu des moments juste hors du temps!

 

  • La découverte des falaises de Bayangzag et des dunes de Khongor, au sud, au sein du désert de Gobi! Quel spectacle! Le type de lieu ou tu perds clairement tes mots tant c’est grandiose. Et le mot grandiose est ici à prendre à la lettre!

 

 

 

Y a t il des endroits qui ne vous ont pas tapé dans l’œil ?

 

Il y a un endroit qui nous a en effet pas plus emballé que ça, il s’agit de la Vallée de l’Orkhon. Avant notre départ, nous avions lu tout un tas de magnifiques choses sur ce lieu mais finalement, en vrai, nous n’avons pas plus accroché. Pourquoi? Car ici, à l’inverse des autres paysages par lesquels nous sommes passés, tout est plat, et cette vallée (entourée de petites montagnes) s’étend ainsi sur environ 130km. On a donc trouvé le décors un peu ennuyeux par rapport aux autres endroits ou le relief était bien présent.

En lisant un peu les avis sur les forums et les groupes de voyages, nous nous sommes rendus compte que la plupart des gens qui vont en Mongolie pour moins de 15 jours, passent quasi tous par cette Vallée qui est très souvent mise en avant par les différentes agences (car terre de nomadisme par excellence + beaucoup de randonnée à cheval). En échangeant avec certains voyageurs, beaucoup n’ont pas compris notre position sur cet endroit car eux trouvaient le lieu magnifique. Alors oui, ça reste jolie, mais à nos yeux, quand on vient de passer par le Khövsgöl et l’Arkhangai, ce n’est tout simplement pas comparable. Après, bien entendu, il ne s’agit que d’un point de vue personnel car comme on dit « les gouts et les couleurs… » 😛

 

 

 

Et la capitale, es ce que ça vaut le coup de s’y arrêter lorsque l’on a peu de temps sur place?

 

Ici nous avons souvent entendus des voyageurs dire: « Ne faites pas Oulan-Bator, c’est une perte de temps ». Alors oui, il faut être honnête, ce n’est pas dans cette ville que tu vivras l’aventure de ta vie mais Oulan-Bator mérite tout de même à nos yeux le détour, juste pour une journée pas plus. Certes, cette capitale, n’a pas grand chose d’attirant: c’est une des villes les plus polluée au monde, le style est très hétéroclite, beaucoup de zone en construction inachevée, sans parler de ces grandes cheminées très moches qui chauffent la ville au charbon l’hiver… A nos yeux, ici, il faut regarder plus loin car Oulan-Bator est vraiment l’endroit ou tu prendras conscience du changement qui est entrain de naitre dans ce pays! A Oulan-Bator, on a clairement l’impression qu’il y a deux Mongolie: la capitale et le reste du pays, soit un véritable choc des cultures entre la modernité qui se développe à grand pas et ce désir de conserver toutes ces traditions nomades ancestrales. On peut t’assurer qu’en sortant le soir par exemple et en allant dans certains pubs tu te diras: « Ah mais c’est vachement moderne en faite la Mongolie ». Tu découvriras plein de chose auxquelles tu ne t’attends surement pas!

 

 

 

Vous avez passé 3 semaines sur place, que recommanderiez vous pour des personnes qui ne disposent que de 15 jours?

 

Il est absolument impossible pour nous de faire un choix! 15 jours restent à nos yeux trop court pour profiter pleinement de cette expèrience car il ne faut pas oublier que ce pays est grand comme 3 fois la France! En 15 jours de voyage, nous nous étions d’ailleurs fait la réflexion suivante : « Heureusement que ça ne s’arrête pas maintenant! ».

Si malgré tout tu ne peux partir que 15 jours, il faut, selon nous, faire ton choix de parcours en fonction des types de paysages que tu souhaites découvrir et à ce niveau là, la Mongolie a de quoi offrir! Le Khövsgöl au nord te proposera des montagnes, des forets de mélèze, un lac avec une eau bleu turquoise. L’Arkhangai, au centre, t’offrira un mélange entre lacs, volcans et steppes vallonnées. Le Gobi, au sud, jonglera entre désert de sable, canyons, falaises et zones désertiques à perte de vue (attention, le désert de Gobi ne se compose pas que de sable, ce dernier ne représente que 5% de sa superficie).

Il y a bien entendu d’autres endroits par lesquels nous ne sommes pas passés qui ont l’air absolument grandioses aussi. Ensuite que se soit pour 15 jours ou même 3 semaines, nous recommandons vraiment de faire un parcours avec des vols intérieurs afin de gagner du temps et de ne pas passer tout ton temps sur les pistes (qui par endroits sont vraiment chaotiques). Mais, être sur la route a également du bon, car cela permet de découvrir tout un tas de paysages absolument fous! Nous concernant, nous ne nous sommes pas ennuyés une seule seconde lors de nos heures passées dans le van.

 

 

 

Vous parlez de vols intérieurs, ces derniers sont ils fiables? 

 

Au total, nous avons pris 3 vols intérieurs avec la compagnie Hunnu Air et tout s’est super bien passé! Ces avions font une soixantaine de places et sont à hélices. Le personnel à bord était serviable et nous a même offert pour chaque vol une petite collation. Une autre compagnie similaire propose également ce type de vol, il s’agit d’AeroMongolia. Attention cependant aux poids des bagages : cabine et soute = 15kg (et les deux sacs sont pesés ensemble). Tout kg supplémentaire est facturé de quelques euros. Nous avons également entendu dire qu’il y avait des retards et des annulations fréquentes, mais nous concernant, nous n’avons rien eu de tout cela.

 

 

 

Une fois sur place vous avez été accueilli par Horseback Mongolia, parlez nous un peu de cette agence.

 

A nos yeux, les points forts sont les suivants :

 

  • Les guides : ils sont tous originaires de la Mongolie et parlent parfaitement français! Notre guide, Khuyga, nous a appris énormément de chose sur son pays et nous a fait vivre de superbes moments que nous ne sommes pas prêts d’oublier! Beaucoup de fou rire et de bonne humeur! On en retient que du bon! Nous avons également rencontré d’autres guides, au cours de nos nuits chez l’habitant par exemple (lorsqu’il y avait d’autres groupes) et tous avaient l’air très sympathiques!

 

  • Les chauffeurs : au cours de notre voyage nous avons eu deux chauffeurs, Khana (dans le nord et au centre) et Mitre (au sud) et on peut dire une chose, ces deux hommes avaient une maitrise impressionnante de leur véhicule! Ici nous tenions vraiment à leur dire un grand bravo car quand ont voyait l’état de certaines pistes, c’était à se demander comment nous allions passer et pourtant, en 3 semaines, pas une panne ni une crevaison! Ces deux hommes étaient très sympathiques mais nous avons eu plus de temps pour apprendre à connaitre Khana (avec qui nous sommes restés les 15 premiers jours du voyage). Khana, fera partie de ces merveilleuses rencontres que nous n’oublierons jamais: tant de rires, de fou rire, de soirées « un peu arrosées » autour du feu et autant dire que dans le van l’ambiance était assurée car ce dernier avait une petite tablette en guise de rétroviseur ou était diffusée les clips des chansons mongoles. Khana ne parlait pas français, mais cela ne nous a pas empêché de vivre avec lui de magnifiques moments!

 

  • L’organisation et la logistique : ici tout était parfait et très bien organisé. Lorsque nous avons découvert le van lors de notre arrivée dans le Khövsgöl, après une heure de vol, nous étions impressionnés de voir à quel point le coffre était blindé! On y trouvait de tout: table de pique-nique, chaises de camping, bombes pour l’équitation, duvets, tentes, lits de camp pliable, matelas anti-humidité, matelas rembourrés pour dormir sur les lits de camps, un réchaud, de la nourriture etc  Autant dire, qu’au cours de ces 3 semaines, nous n’avons manqué de rien et avons très bien mangé!

 

  • Le coté imprévu : lorsque l’on décide de partir en Mongolie il faut se mettre en tête que l’on va dans un pays ou le tourisme n’est ouvert que depuis une vingtaine d’année, par conséquent, il ne faut pas s’attendre à ce que tout soit ficelé à la perfection. Des imprévus, dis toi qu’il va y en avoir, c’est une certitude! Par moment, certaines choses se sont faites un peu en mode « à l’arrache » et ça, nous avons adoré! Nous qui venions pour de l’aventure, on peut te dire que l’on a été servi 🙂 Les imprévus peuvent réserver des bonnes comme des mauvaises surprises, mais nous concernant, nous n’y avons vu que du positif! Puis, comme disent les mongols, il faut être positif pour voir les choses se réaliser 🙂

 

  • Les camps de yourtes : nous avons adoré séjourné dans les camps de yourte et à chaque fois, il y avait une superbe ambiance avec les autres voyageurs tout comme avec la famille nomade qui tenait le camp. Mention spéciale à l’Eden Camp, ou nous étions seuls avec une famille suisse avec qui nous avons joué toute la soirée au volley contre les membres de la famille mongole qui tenait ce camp! Une soirée pleine de belles rigolades, un super moment! Nous n’oublierons jamais également le camp de yourte Alag Tsar sur les berges du lac Khövsgöl, endroit ou le mot « quiétude » prend tout son sens.

 

 

Parlons à présent des points faibles :

 

  • Les nuits chez l’habitant : c’est LA déception de ce voyage. Pour connaitre la raison, nous t’invitons à lire l’article sur ce sujet iciPour résumer la situation, on va dire que l’on s’attendait à quelque chose de plus authentique or ici ça faisait un peu « camps à touristes ».

 

  • Certains éleveurs : ici c’est à double tranchant, explications! Lorsqu’il est prévue de monter à cheval, tu sera forcément accompagné en plus du guide, d’un éleveur local. Tu auras donc la possibilité de monter un de ses chevaux. Certains éleveurs sont formidables et feront tout pour que tu passes un moment inoubliable, d’autres, en revanche, sont plus là pour le business et plus ils enchaineront de touristes plus ils seront contents. Au cours de notre voyage, nous sommes tombés sur deux éleveurs pas très « clean »: pour l’un des deux, notre guide s’est limite engueulé avec lui pour lui rappeler les règles et pour le deuxième il a passé son temps (25km allée et 25km retour) à faire pratiquement que du galop pour ainsi rentrer au plus vite, autant dire que nous étions plus en souffrance qu’autre chose!

 

 

 

Pour ce voyage, vous étiez en groupe, combien étiez vous? Quelle est le nombre maximum de personne par groupe?

 

Nous étions 3 et 3 était le minimum pour que ce voyage ait lieu. Si nous n’avions été que tout les deux, nous aurions du payer un supplément de 400€ par personne pour assurer le départ. Au maximum, le groupe se compose de 10 personnes (+ un guide, +un chauffeur, +une cuisinière à partir de 5 personnes)

 

 

 

Avez vous vécu des moments difficiles au moment des adieux ?

 

Le moment le plus intense en émotion a été lorsque nous avons du dire au revoir à Nirgui, cet éleveur qui nous a accompagné pendant nos 3 jours de bivouac à cheval. Cet homme restera la plus belle rencontre que nous ayons faite sur le sol mongol, jamais nous ne pourrons l’oublier. Il est difficile de dire au revoir à une personne qui t’a permis de vivre des moments magiques et c’est encore plus dure lorsque tu sais que cet au revoir est en réalité un adieu. Nous lui avons offert tout un tas de petits cadeaux que nous avions ramené dans nos sacs à dos, Nirgui était très ému et à ce moment là, impossible de retenir nos larmes. Mais comme le dit le dicton: « Ne soit pas triste de l’avoir quitté mais soit heureux de l’avoir rencontré! »

L’émotion était également palpable aux moments des adieux avec Khana, notre premier chauffeur mais aussi Khuyga, notre guide (ce qui signifiait en plus que c’était la fin du voyage).

 

 

 

En général, comment sont les chevaux mongols?

 

Les chevaux mongols sont semi-sauvage, ce qui veut dire qu’ils sont à peine débourrés et qu’ils vivent, en dehors des balades, en total liberté. En général, ils ne se laissent pas caresser, d’ailleurs les mongols ne caressent jamais leurs animaux à l’inverse de chez nous en France (ceci est valable même pour les chiens). Le cheval mongol est de petite taille mais hyper résistant, ne le sous estime jamais! Il est de plus assez craintif, un rien peut l’effrayer: attention par exemple si tu as une gopro, le fait de tendre le bras pour filmer peut être, selon les chevaux, totalement déconseillé. Dans la steppe, attention également aux sacs plastiques qui volent ou aux cartons posés au milieu de nul part, cela peut les faire s’emballer! Autre exemple, lors d’une de nos balades Max a éternué, ce qui a fait peur au cheval de Joh qui à ce moment même a fait un écart ^^ Il est donc conseillé de bien savoir tenir à cheval pour éviter de se retrouver les fesses par terre 🙂

 

D’autres part, certains sont très vifs et ne veulent qu’une chose: galoper! D’autres, en revanche trainent un peu plus les pieds. Les mongols disent même que les chevaux reconnaissent les touristes et font exprès de ne pas avancer ou de partir à fond lorsque ces derniers montent dessus. Au début, nous avions un peu de mal à y croire et bien nous avons été scotché lors de notre bivouac! Le cheval de Joh partait comme un taret des la moindre occasion, l’éleveur a donc décidé de le garder une heure à coté de son cheval en longe avec Joh sur son dos. Le fait d’être resté une heure ainsi l’a totalement calmé, Joh avait l’impression d’être sur un nouveau cheval ^^ On peut donc dire une chose, lorsque l’éleveur n’est pas loin, les chevaux sont en général au « garde à vous » et par moment c’est assez drôle à voir!

 

 

 

Les selles mongoles sont elles confortables?

 

Ici ne t’attends pas au grand confort, car les selles mongoles sur lesquelles tu vas poser tes fesses sont clairement faites à l’arrache 😛 (tout comme le matériel équestre en général). Les mongols, eux, ont une genre de selle en bois, certaines sont d’ailleurs très jolies. Pour les touristes, la selle se compose de deux barres de fer sur lesquelles est posé un coussin rembourré. Croise les doigts pour que le coussin soit suffisamment rembourré car parfois ça n’est pas le cas et là c’est un peu comme si tu faisais une balade assis sur deux barres de fer… On te laisse imaginer l’état de ton derrière à la fin 😛 Emmène donc du Cicatril avec toi, cela pourrait bien t’être utile si tu venais à rencontrer ce cas. Et ici, crois nous, on sait de quoi on parle car un soir nous nous sommes retrouvés tout les deux avec une belle égratignure bien ouverte sur la fesse.

 

 

 

Le niveau d’équitation était il intense? Avez vous pris des cours avant d’effectuer ce voyage? 

 

Un point à ne pas prendre à la légère selon nous: le niveau d’équitation! A nos yeux, Horseback, devrait mieux l’indiquer sur son site mais il va de soi que lorsqu’on ne sait pas monter à cheval ou lorsque l’on a fait que des balades au pas dans sa vie, on ne va pas réserver un voyage ou il y a des randonnées de plusieurs jours à cheval (surtout sur des chevaux mongols).

 

Concernant notre parcours « Chevauchée et Découvertes » nous avions au total :

 

  • 3 journées de randonnée à cheval consécutives sous forme de bivouac ou nous avons parcouru un total de 150km (soit 7h d’équitation par jour pour environ 50km)

 

  • 1 journée de randonnée à cheval : A/R = 50km (cette journée est arrivée deux jours après le bivouac ci-dessus)

 

  • 4 balades réalisées sur 4 jours différents ou en général nous montions pendant 2h et ici le rythme était plus tranquille puisque c’était principalement du pas.

 

Il y a donc une différence à faire entre les balades et les randonnées ou le rythme n’a clairement rien à voir. Pour ces dernières il faut impérativement maitriser et surtout être à l’aise aux trois allures sur de longues distances. Autant dire que c’est au cours de ces randonnées que nous avons réalisé les galops les plus spectaculaires et les plus rapides de notre vie! Maitriser les trois allures est à nos yeux nécessaire aussi pour les simples balades car il n’est pas exclut dans ces moment là de galoper, bien qu’en général les temps de galops sont beaucoup plus courts.

 

Avant le départ, Max a pris quelques cours car il n’avait jamais galopé de sa vie (nous remercions d’ailleurs Mathilde pour les cours particuliers). Joh, quant à elle, a fait du cheval pendant 12ans au cours des années passées. Lors de l’apprentissage, il est intéressant d’apprendre à maitriser le galop en équilibre. Pourquoi? Car les chevaux mongols sont en général de petites tailles et lorsqu’ils partent au galop ils ne font pas semblants. La position en équilibre est donc de loin la plus confortable pour tenir sur la distance et ne pas avoir la désagréable sensation de faire du tape Q en permanence.

 

Pour un voyage équestre réussi, il faut donc à nos yeux : maitriser les 3 allures / être à l’aise aux 3 allures / ne pas avoir peur, ni d’appréhensions (car les chevaux le sentent). Nous sommes malgré tout, tombés sur des gens d’autres groupes, qui ne savaient pas monter à cheval et nous avons assisté par moment à des chutes assez spectaculaires (et d’après les échos que nous avons eu à la fin de notre voyage, les chevaux étaient bien vifs sur cette saison 2017). Si tu ne sais pas monter mais que tu veux faire du cheval en Mongolie -> Prend des cours avant le départ! Et ne prend pas ce conseil à la légère 😉

 

 

 

Avez vous eu du mal avec la nourriture?

 

Malgré tout ce qu’on avait pu entendre sur le sujet, comme quoi nous allions mal manger etc, finalement nous avons dans l’ensemble très bien mangé. Pour découvrir le type de nourriture que tu seras amené à manger en Mongolie, tu peux lire l’article qui se trouve iciPar contre, il faut dire que cette dernière est peu variée, du coup lors de notre retour on a banni la viande de notre alimentation pendant une semaine complète (car entre la chèvre et le mouton pendant 3 semaines…) 😛 

 

 

 

Aller en Mongolie, sans passer par une agence, es ce possible?

 

A nos yeux, il est vivement recommandé de passer par une agence car tout sera pris en charge et tu n’auras pas à perdre de temps une fois sur place (surtout si tu y vas pour une courte durée comme nous). Il faut savoir que la Mongolie est un pays grand comme trois fois la France et les infrastructures ne sont pas aussi développées qu’en Europe ou sur le continent américain.

Louer une voiture est clairement déconseillée car la conduite mongole est assez spéciale, on va dire qu’ils n’ont pas froid aux yeux! Dans la capitale, tu ne pourras pas l’utiliser tout les jours. Oulan-Bator possède 45% de la population totale du pays par conséquent une circulation alternée a été mise en place quotidiennement, tout dépend donc des derniers chiffres de ta plaque d’immatriculation. Un autre point sur ce sujet, la conduite dans la steppe: ici pas de goudron mais de la piste en terre des plus chaotiques. Pour faire 130km on mettait souvent 2h30 à 3h de route et on ne dépassait rarement les 30 à 40km/h (mieux vaut donc ne pas être pressé et avoir l’habitude pour ne pas tomber en panne au milieu de nul part). Au niveau des bus, certains ne partent qu’une fois qu’ils ne sont remplis (parfois on peut donc attendre 2 à 3 jours avant que ce dernier ne se remplisse).

Pour se déplacer dans la steppe, il est de plus vivement recommandé d’être avec une personne qui connaisse cet environnement. Les mongols se déplacent principalement grâce à l’aide du soleil et non d’un GPS (oui au début nous avons trouvé ça assez fou mais c’est bien vrai) il n’y a de plus ici aucun panneau de signalisation.

 

 

 

J’ai des problèmes de dos, es ce recommandé de faire ce type de voyage?

 

Ici tout dépend le degrés de mal de dos mais il faut avoir en tête que l’on va rouler sur de la piste en terre pleine de cailloux et de trous un peu partout. Par conséquent, dans le van, ça secoue pas mal, voir énormément! En Mongolie, il n’y a que quelques routes goudronnées, principalement autour de la capitale et il n’existe pas d’autoroute.

 

 

 

Pendant combien de jours au maximum vous n’avez pas pris de vrai douche?

 

Au maximum, nous sommes restés 5 jours consécutifs sans pouvoir nous doucher, alors nous utilisions des lingettes que nous avions ramené dans nos sacs à dos. En Mongolie, le climat, l’été, est relativement sec, par conséquent on ne se sentait pas plus sale que ça.

 

 

 

Pouviez vous charger vos appareils électroniques souvent (téléphones, appareils photos etc)?

 

En général, nous avions la possibilité de charger nos téléphones dans les camps de yourtes. Il était cependant rare d’avoir des prises dans les yourtes par conséquent nous chargions nos appareils dans le restaurant lors des diners (prendre une multiprise peut donc être utile car quand il y a plusieurs voyageurs, tout le monde peut ainsi charger ses appareils). En dehors des quelques camps de yourtes, nous n’avions pas de prises à disposition, on utilisait donc des chargeurs d’appoint que nous avions ramené et nos chargeurs solaire. Dans ce domaine, la marque RavPower, achetée sur Amazon est parfaite! L’allume cigare du van nous permettait aussi de temps en temps de recharger les batteries.

 

 

 

Aviez vous du réseau?

 

Oui et non, il était parfois surprenant de voir que nous avions du réseau en pleine steppe et parfois nous n’en avions pas pendant plusieurs jours d’affilé. Il est fréquent que les mongols aient beaucoup plus de réseau que toi car ils possèdent une carte SIM locale. Il est possible de s’en procurer à Oulan-Bator pour trois fois rien mais cela ne nous intéressait pas car plus nous étions coupés du monde et mieux c’était.

 

 

 

Je souhaite partir en Mongolie, quelles sont les formalités administratives ?

 

Pour te rendre en Mongolie, tu auras besoin d’un VISA, ce dernier coute 60€ et est valable 30 jours. La demande de VISA se fait à l’Ambassade de Mongolie qui se situe dans le 92 à Boulogne Billancourt. Pour obtenir ton VISA, il te faudra monter un dossier, tu trouveras ici les éléments demandés. Le VISA est assez rapide à obtenir, pour un départ début juillet nous avions fait notre demande fin mai et l’avions eu en 1 semaine.

Tu auras également besoin d’une assurance rapatriement (mais ce point est dans tout les cas demandé pour l’obtention du VISA). L’offre de soins est très limitée, notamment en cas d’accident grave, en dehors de la ville d’Oulan-Bator et les conditions de rapatriement dans la capitale mongole peuvent être difficiles. Il est donc recommandé la plus grande prudence dans la pratique du cheval, du ski et d’autres activités présentant des risques.

 

 

 

Y a t il besoin de faire certains vaccins? Aviez vous une trousse à pharmacie?

 

Il faut ici bien évidemment être à jour dans les vaccins de base comme la diphtérie, la Poliomyélite ou encore le Tétanos pour le reste rien est obligatoire, certains sont juste conseillés:

Hépatite A virale (si tu voyages beaucoup)
Typhoïde (si tu as une aversion forte aux risques)
Hépatite virale B (pour les séjours longs ou répétés)
Rage (pour les voyageurs en solitaire et les circuits aventureux)
Encéphalite à tiques (pour la randonnée équestre dans le Khövsgöl en Mai, Juin et Juillet)

 

Nous concernant nous n’avons fait aucun des vaccins conseillés car notre médecin nous l’a fortement déconseillé. Pourquoi? Car ne restant que 3 semaines sur place, selon lui, cela ne valait pas le coup. Les vaccins mentionnés ci-dessus peuvent en plus avoir des réactions assez lourdes et pas très marrantes.

 

Concernant la trousse à pharmacie, il est à nos yeux important de partir avec une trousse bien complète car tu vas voyager dans un endroit reculé du monde et en Mongolie, les équivalents en médocs sont quasi inexistants. Tu trouveras les composants de la notre en cliquant ici. Au cours de notre voyage nous avons été amené a utilisé plusieurs de ces produits: du Spasfon, du Labelo (ramène en un par personne, le climat est tellement sec que nous avions les lèvres complètement asséchées), du sérum physiologique pour les yeux, du cicatril (idéal pour les irritations après des journées entières à cheval), de la crème solaire, de la Biafine, du Doliprane. N’oublie pas ici de prendre pour finir l’ordonnance du médecin en cas de contrôle à l’aéroport. Sans cette dernière, les autorités pourront te demander de tout jeter.

 

 

 

L’eau est elle potable? Puis je boire l’eau du robinet dans les hôtels de la capitale?

 

L’eau en Mongolie n’est pas potable et il ne faut surtout pas boire l’eau du robinet. Attention donc lorsque tu te laves les dents, prends ici de l’eau en bouteille pour te rincer la bouche ou utilise des pastilles purificatrices d’eau (en vente en pharmacie). Même principe si tu dois laver un fruit pour le manger.

 

L’eau peut être bu en fonction des cas suivants :

-Si elle est issu d’une bouteille capsulée

-Si elle a été purifié avec des pastilles vendues en pharmacie

-Si elle a été bouillie

 

 

 

Avec quel équipement êtes vous partis en Mongolie?

 

Il est à nos yeux important de partir avec des fringues auxquelles tu ne tiens pas car la Mongolie est un pays extrêmement poussiéreux et vu que tu vas vivre dans la nature, ne t’étonne pas de trouer un T-shirt ou un pantalon (ce qui nous est arrivé ^^). Inutile également de ramener une tenue pour te mettre sur ton 31, elle ne te servira à rien car ici c’est l’aventure avec un grand A qui t’attends.

 

Max est parti avec un sac à dos de 70L, Joh avec un sac de 40L et chacun avait un sac à dos en valise cabine de 30L. Nous avons ici sélectionné la marque Quechua chez Décathlon et nous les avons trouvé parfaits!

 

Niveau vêtements nous avons ramené par personne:

 

-Sous vêtement pour une semaine (si tu es une nana sélectionne deux bons soutifs de sport)

-2 pantalons de randonnées qui font short en même temps (marque Quechua). Joh a en avait pris 4, grande erreur! C’était trop!

-Un pantalon d’équitation (marque Fouganza – nous avons pris le prix le plus élevés chez Décathlon car la résistante était de 4/5 mais on va dire qu’à la fin de voyage les pantalons avaient bien souffert. Aujourd’hui nous les avons gardé pour la forme mais ils sont à deux doigts d’aller à la poubelle).

-5 T-shirt (à 1.99€ pièce chez Décathlon)

-2 sweat à capuche

-Une paire de chaussure de rando

-Une paire de chausson pour aller dans l’eau

-Un maillot de bain

-Une serviette microfibre (marque Quechua)

-Une doudoune qui se plie dans son ballotin et qui prend très peu de place (marque Quechua)

-Un imperméable qui se plie dans son ballotin et qui prend très peu de place (marque Quechua)

-Un pantalon de pluie tout léger qui prend pas de place à mettre au dessus d’un pantalon (marque Quechua)

-Des thermiques: haut et bas principalement pour la nuit (marque X-Warm – Décathlon)

-Un leggins pour Joh pour être à l’aise en soirée

-Une trousse de toilette (ici c’était une pochette en plastique avec 100ml de shampoing chacun, soit le  maximum autorisé dans les valises cabines + un savon + un mini peigne pliable pour Joh + brosse à dent pliable avec un petit dentifrice + un déodorant) Joh avait de plus ramener un minimum de maquillage mais elle ne s’en est absolument pas servie.

 

Pour compléter, on aurait juste rajouter des tongs!

 

 

 

En partant avec si peu de fringues pour 3 semaines, avez vous pu laver vos vêtements?

 

Oui, en général, lorsqu’il y avait une rivière on prenait une bassine et nous lavions nos vêtement dedans avec de l’eau et le savon que nous avions ramené. Nous avions eu les trois quart du temps un magnifique soleil et des températures avoisinants les 30° par conséquent tout séchait très vite. Sinon nous les pendions sous la yourte la nuit et le feu se chargeait de les sécher. A titre d’information, il est interdit de laver son linge et/ou de se laver soi même à même les rivières ou les lacs car ces endroits sont considérés comme sacrées.

 

 

 

Le retour n’a t il pas été trop dur? 

 

C’est assez particulier à expliquer, on ne se rendait pas vraiment compte que l’on partait car ce voyage était pour nous tellement digne d’un film que même aujourd’hui, par moment, nous avons encore du mal à réaliser tout ce que nous avons vécu là-bas. On avait limite l’impression d’avoir fait un grand rêve qui a duré 3 semaines, puis nous nous sommes réveillés chez nous et c’est bien la première fois que nous avons ce ressenti. Ce monde est tellement à mille lieux du notre qu’il est difficile de réaliser qu’on peut encore vivre des ces conditions au 21ème siècles.

 

Une fois arrivés sur Paris, il faut tout de même avouer que ça nous a fait très bizarre: cela faisait longtemps que nous n’avions pas été entouré d’autant de monde dans ce bazar urbain! Lorsque l’on a retrouvé notre appartement, on se sentait oppressés d’être enfermés entre 4 murs, nous n’avions plus toute cette nature, tout ce calme et tout ces espaces infinis à perte de vue… Mais il a vite fallut se ré habituer à la vie moderne! Malgré le jetlag, Joh reprenait le boulot le lendemain et le fait de reprendre la voiture et de se retrouver dans les célèbres bouchons parisiens ou encore derrière un écran d’ordinateur toute la journée fut bien difficile, mais heureusement que nous avions déjà d’autres billets d’avion en poche. A nos yeux, c’est une source de motivation pour avancer dans notre monde!

 

Nous avons cependant eu un grand plaisir à retrouver notre lit avec une vrai couette (oui, nos duvets là-bas sentait un peu le poney 😛 et la literie n’était pas des plus confortables, nous dormions de plus dans des lits séparés sous les yourtes). Nous avons aussi redécouvert les bons petits plats de chez nous et ça fit un bien fou de ne plus manger de chèvres ou de moutons car en 3 semaines c’était un  peu l’overdose à ce niveau là ^^ Joh était aussi ravie de ne plus devoir s’endormir en faisant la guerre aux insectes! Après ce type d’expérience, on se rend compte que l’on a vraiment de la chance de vivre avec autant de confort.

 

 

 

Quels type d’insectes avez vous rencontrés au cours de vos nuits ?

 

Pas mal de petites bêtes volantes style cousin, Joh en a même eu un qui une nuit est venue squatter la capuche de son sweat! Ensuite des araignées, un classique! Moustiques, scarabées et une fois nous avons même été accueilli par un crapaud! On se méfiait aussi pas mal des serpents, une fois nous en avons vu un mort en pleine steppe mais heureusement aucun n’a fait son apparition lors de nos nuits.

 

 

 

La nuit, avez vous eu froid ?

 

Max répondra que non, Joh s’est congelée une seule fois! Il s’agissait de la nuit dans le Khövsgöl lorsque nous avons dormi dans la yourte construit avec les éleveurs! Cette province étant au nord, il faut s’attendre à ce que la températures chutent en soirée (même si il a fait 35° la journée). La yourte que nous avons monté pour cette nuit était très peu isolée comparé aux autres yourtes ou nous avons dormi et nous sommes descendus à 5°! C’est dans ce type de moment que l’on est content d’avoir des thermiques. Les duvets qui nous étaient fournit étaient également doublés. En dehors de cette nuit là, dans l’ensemble ça allait, parfois on avait même trop chaud car avec le feu ça devenait vite le sauna sous la yourte 😛 mais au petit matin, la température redescendait à nouveau. On attendait donc le feu  du matin avec impatience 🙂

 

 

 

Racontez nous vos anecdotes les plus drôles ou encore les plus atypiques ?

 

-Quand tu veux aller faire pipi en pleine nuit et que tu entends des grognements d’animaux juste derrière la yourte ou tu dors… Dans ce genre de moment, bé tu te retiens tout le reste de la nuit! 😛 Le lendemain nous nous sommes rendus compte qu’il s’agissait des yak de la yourte d’en face qui étaient venus rendre visite à nos yaks ^^ ils avaient de plus laissé tout un tas de crottin (Joh)

 

-Quand tu t’isoles dans la foret pour faire tes besoins, histoire d’être tranquille et que tu te retrouves nez à nez avec un étalon qui arrive au grand galop la queue en panache en train d’hennir de tout son corps car il cherchait en réalité son troupeau de juments. Ce moment c’était un vrai sketch! 😛 (Max)

 

-Lorsque tu es tranquillement entrain de manger sur ta table de pique-nique au bord du lac Khövsgöl et que tout un troupeau de vaches et taureaux débarquent autour de toi, attirés par la nourriture!

 

-Lorsque tu marches un long moment pour faire tes besoins car la steppe est plate et que tu trouves enfin un rocher au loin, tu te dis cool, je vais pouvoir faire! Sauf que derrière ce rocher se cachait une chèvre en décomposition… Mieux valait ici ne pas avoir d’envie pressante! (Joh)

 

-Lorsque qu’après une journée à cheval, tu installes ton campement au milieu de nul part et au moment ou tu commences à manger, un mongol, au loin, apparait sur son cheval entrain d’hurler… Sur le coup tu te demandes ce qui lui arrive, puis lorsqu’il approche tu te rends compte qu’il est fortement éméché. Ce dernier hurlait car nous étions d’après lui sur ses terres et nous ne lui avions pas demandé l’autorisation (ce qui en réalité était complètement faux). Notre guide l’a alors invité à se mettre à table avec nous et ce dernier s’est détendu. Au moment du départ, il est remonté sur son cheval complètement ivre et est parti ainsi en plein galop en tremblant de tout les cotés sur l’animal… Notre guide nous a alors annoncé: « Ne vous inquiétez pas, c’est le cheval qui le ramène chez lui… Il a l’habitude ». C’était digne d’un film, nous étions mort de rire!

 

-Deuxième soir de notre bivouac à cheval nous avions déjà mangé, lorsqu’une famille mongole non loin était entrain de faire cuire un barbecue. Ces derniers nous ont alors invité à le partager avec eux et comme il est mal vu de refuser, ba tu manges une deuxième fois! ^^ Et tu termines ta soirée en sifflant deux bouteilles de vodka (car ça fait plaisir au père de famille), résultat: un vomi pour Max et Joh qui voit en 16/9ème 😛

 

-Quand ton guide achète de la viande de chèvre au supermarché du village et que tu repars avec dans un simple sac plastique. Cette dernière aura voyagé avec nous dans la voiture au chaud pendant plusieurs jours dans ces conditions. Heureusement que la viande était bouillie par la suite ^^

 

-Quand lors de tes pauses pique nique dans la steppe tu es envahit par les mouches, résultat, ba tu fais bruler du crottin d’animaux autour de toi pour les faire fuir.

 

 

 

Quel a été votre budget pour ce voyage en Mongolie ?

 

Le voyage tout compris avec le vol inclue nous a couté 3495€/personne (sur place nous avons juste du rajouté les 2 déjeuners et les 2 diners à Oulan-Bator. Un repas avec entrée + plat + boisson nous revenait à moins de 10€/personne)

A ce prix, nous avons rajouté une assurance rapatriement (obligatoire) : 85€/personne

Le Visa : 60€/personne

Argent de poche : 200€/ personne

Au total ce voyage de 3 semaines nous aura couté un total de 3840€/personne

 

 

 

On dit souvent que ce type de voyage transforme,  y a t il des choses qui ont changé en vous depuis votre retour?

 

Ce voyage nous aura en effet ouvert les yeux sur plein de choses! Un voyage en Mongolie c’est un peu comme un voyage initiatique, c’est une aventure qui fait grandir! Alors oui, avant le départ, on imagine plein de chose, on sait que l’on va rencontrer des gens qui vivent dans des conditions à mille lieux des nôtres, mais à voir en vrai de ses propres yeux c’est encore autre chose! Dans ces moments là, la prise de conscience est bien réelle.

 

Depuis notre retour, on va dire que l’on prend les choses avec plus de philosophie. Ici, il n’y a qu’à comparer nos modes de vie et le mode de vie des peuples nomades dans la steppe : ces derniers se lèvent tout les jours vers 5h du matin pour terminer leur journée assez tard en soirée. Ils n’ont pas de vacances, travaillent 7j/7 et vivent parfois dans des conditions climatiques extrêmes. Ils se battent quotidiennement pour survivre dans la nature, on ne les entend jamais se plaindre et avec tout ça, ils ne changeraient leurs habitudes pour rien au monde. Au final, ils vivent avec trois fois rien et sont heureux ainsi. Puis quand on voit nos vies ici, bien au chaud dans nos maisons, avec tout le confort moderne qui va avec (eau courante et potable, électricité, chauffage, internet etc), on se dit qu’en réalité, on a pas vraiment le droit de se plaindre avec tout ça.

 

Nous faisons aussi bien plus attention à l’eau, car nous avons pu constaté à quel point cette dernière manquait en Mongolie en juillet 2017. L’eau c’est clairement ce qui va guider une famille nomade lors de ses déplacements et sans cette dernière, tout devient vite problématique. Nous sommes passés à maintes reprises devant des courts d’eau totalement asséchés par la sécheresse, alors à la place on avait un très beau paysage avec un trou en plein milieu qui serpentait dans la steppe sur des km et des km. Ce type de décors, nous l’avons vu malheureusement plus d’une fois.

 

La Mongolie nous aura aussi permis de nous rendre compte à quel point on aime vivre dans la nature, et revenir aux choses simples de la vie, loin de cette société de consommation et individualiste dans laquelle nous vivons de nos jours. Au final, on a vraiment pris conscience ici, qu’il n’y a pas besoin de grand chose pour être bien et heureux! Nous vivons dans un monde ou les gens ne se parlent que très peu, chacun passe son temps sur son téléphone à vivre dans un monde virtuel, au final chacun s’enferme ici dans sa propre bulle et en oublie un peu les choses basiques de la vie. Occidentaux, il ne nous manque rien mais au final si, il nous manque l’essentiel! A contrario, en Mongolie, on se rappellera toujours de cette soirée au camp de yourte Alag Tsar, ou il n’y avait pas de téléphone, pas d’internet mais ou nous étions tous réunis avec d’autres voyageurs, autour d’un immense feu a danser avec la famille mongole jusqu’à tard dans la nuit. Ce moment était très simple mais qu’est ce que c’était bien! C’était un peu comme ça au final qu’on passait l’ensemble de nos soirées, en étant autour d’un feu en pleine nature à papoter à coté de notre yourte ou de notre tente. Ce voyage c’était un peu comme un retour aux sources et aujourd’hui, il nous tarde vraiment de pouvoir revivre ce type de moment!

 

Ce retour aux sources aura remis en question également notre façon de concevoir le voyage. Faut dire qu’avant notre départ en Mongolie nous avions une idée en tête pour notre trip de l’été 2018 et à notre retour, nos idées ont été un peu chamboulées. On va dire que nous n’avions plus envie du tout confort, on voulait revivre des nuits sous tentes, rencontrer des gens avec une culture qui leur est propre, nous fondre dans la masse avec ces populations locales et surtout, être le plus possible dans la nature! Le voyage en mode « backpacker » « roots » devient pour nous aujourd’hui, une priorité!

 

 

 

Envisagez vous de retourner en Mongolie un de ces jours?

 

Oui! Principalement pour découvrir les montagnes de l’Altai (ouest de la Mongolie)

 

 

 

Le mot de la fin?

 

Aujourd’hui on ne peut que t’encourager à vite découvrir ce pays si grandiose! Pourquoi y aller rapidement? Car en Mongolie, le tourisme se développe de plus en plus et nous avons un peu peur que d’ici 5 à 10ans ça ne soit plus vraiment pareil… Sur l’ensemble des voyages que nous avons fait il est très difficile de dire quel voyage nous avons préféré mais nous devons tout de même avouer que la Mongolie a cette petite chose en plus! C’est sans doute un tout : un monde à mille lieu du notre, des grands espaces qui semblent n’avoir aucune limite, le fait de vivre dans la nature etc. On ne compte pas le nombre de fois ou l’on avait limite l’impression d’être dans un monde irréel. Ces paysages si magiques étaient au delà de toutes nos espérances!

 

Nous sommes également persuadés que chaque voyage en Mongolie est unique, il ne peut pas y en avoir deux identiques (même si l’on sélectionne le même parcours que telle ou telle personne). Tout va dépendre du climat, de l’ambiance du groupe, des éleveurs, des familles, des chevaux, du guide, du chauffeur mais aussi de ta façon d’être et de voir les choses. Si tu te mets en mode « je veux tout maitriser » alors ton voyage ne pourra pas être réussi car ici il faut à tout prix avoir une confiance aveugle en son guide et se laisser guider! N’oublie pas que tu es sur une terre totalement inconnue contrairement au guide, qui lui, est dans son pays 😉 Les mongols apprécient de plus énormément les gens optimistes car pour eux lorsque l’on broie du noir cela apporterait forcément le mauvais œil sur le groupe. Oublie donc toutes les phrases du style : « Le soleil ne va jamais revenir » ou encore « Le van ne va jamais passer dans ce gué » etc. Pour en savoir plus sur les choses à savoir et à ne pas faire en Mongolie, clique ici

 

Suite à ce voyage, nous avons mis pour finir un temps fou pour rédiger ici l’ensemble des articles sur ce pays. C’est la première fois que nous mettons autant de temps pour trouver nos mots par exemple, ce voyage doit se vivre pour vraiment le comprendre. Tout est dans le ressenti et dans la façon de percevoir les choses, c’est donc avant tout une incroyable aventure humaine personnelle que chacun vivra à sa façon.

 

 

Autres articles à découvrir :

Laisser un commentaire