Pérou

Balade au glacier Pastoruri

Le Glacier Pastoruri, 5050m d’altitude, cet endroit nous faisait rêver depuis un moment. Faut dire que jusqu’à présent on avait déjà mis les pieds sur un glacier, lors de notre voyage dans l’ouest canadien en 2016, mais nous n’avions jamais vu un glacier style « gros iceberg » comme ici. Nous avons réservé cette excursion avec l’agence Quechuandes qui s’est chargée par la suite de contacter une compagnie touristique de bus qui propose cette sortie à la journée. Au niveau du prix nous avons payé S/ 35 par personne (environ 10€).

Le Glacier Pastoruri se situe dans le sud du Parc National de Huascaran, au sein de la Cordillère Blanche, à environ 70km de la ville de Huaraz. Bien que ce glacier se situe à 5050m de haut, cette balade est considérée comme facile car la montée se fait en bus, avec différents arrêts en cours de route. Ce fut donc ici notre deuxième journée d’acclimatation après avoir fait la rando de la Lagune Wilcacocha la veille.

Certains nous ont dit ici qu’on était fous, car monter si haut, au bout du 3ème jour de notre trip péruvien était un acte inconscient. Et bien non, pas du tout, cela aurait été inconscient si on avait tout fait à pied ou encore si on s’était éternisés une fois là-haut, ce qui est loin d’être le cas. Le fait de monter en bus réduit considérablement les efforts, voila pourquoi cette sortie est belle et bien considérée comme une balade d’acclimatation. Il est même préférable de monter au glacier Pastoruri avant de faire la fameuse randonnée jusqu’à la Lagune 69 (article à venir), qui monte certes moins haut, 4600m, mais ou les efforts sont décuplés car tout se fait à pied (et niveau difficultés ça n’a vraiment rien à voir).

C’est donc à 9h du matin que Georges, notre guide, est venu nous chercher devant notre hôtel avec son mini bus d’une vingtaine de places. Nous avons donc quitté Huaraz qui se situe à 3090m d’altitude, pour nous rendre dans un premier temps dans un petit restaurant situé au sein du village de Catac, à environ 3800m, afin que chacun boive un peu de maté de coca. Il était également possible ici d’acheter des feuilles de coca à mâcher, des bonbons à la coca et au citron, des barres de chocolat, tout pour se doper contre le mal des montagnes avant de monter plus haut 🙂

Village de Catac
Entrée du restaurant

Nous avons par la suite repris la route afin de rejoindre le poste de contrôle pour rentrer dans le Parc National de Huascaran (pour consulter les prix d’entrée clique ici). A ce stade, nous atteignions les 4000m d’altitude, nos premiers 4000m et pour le moment, aucun mal des montagnes à l’horizon. Faut dire que nous buvons énormément d’eau pour oxygéner un maximum le sang (ce qui est hautement recommandé à ces altitudes pour éviter le mal des montagnes). Les paysages sont grandioses, d’énormes steppes à perte de vue entourées de sommets enneigés, cet endroit nous a énormément rappelé la Mongolie (voyage réalisé en juillet 2017).

Entrée du Parc National de Huascaran
Notre mini bus
Maison traditionnel des éleveurs. Difficile de croire que des gens vivent dans ces endroits tant isolés

Après quelques kilomètres, nous atteignions Pumapampa et sa source d’eau minérale gazeuse Pamapampa. La couleur rouge est saisissante et le cadre aux alentours est toujours aussi magnifique ! Nous rencontrons aussi à cet endroit là notre premier alpaga, un bébé trop mignon en compagnie d’une dame qui se balade dans les parages.

En poursuivant, nouvelle petite pause pour observer cette fois ci « El Ojo de Agua de Pumashimi » un puits d’eau d’un bleu azur impressionnant qu’on appelle aussi « la bouche du puma ». La couleur de l’eau dépend principalement ici de la position du soleil et des minéraux. La photo ci-dessous ne met pas cette lagune à son avantage, en vrai c’était mille fois plus jolie !

Après quelques nouveaux kilomètres, arrive un des moments que l’on attendait tout particulièrement : les fameuses Puya Raimondi ! Une plante datant de l’époque préhistorique que l’on trouve uniquement au Pérou et en Bolivie. Ces dernières mesurent jusqu’à 11m de haut et peuvent vivre jusqu’à 100ans. Lorsqu’elle fleurit, cette plante peut produire jusqu’à 8000 fleurs blanche et 6 millions de graines ! Une fois la floraison terminée, elle meurt en se désintégrant, drôle de vie ! Elles sont vraiment impressionnantes à voir de part leur hauteur, on se croirait un peu ici dans Jurassic Park ^^

Puya Raimondi bébé
Lorsqu'une plante meurt, il ne reste plus que le bulbe jaune

Suite à cet arrêt des plus intriguant, nous reprenons la route et ça commence à bien monter. Cette dernière est de plus en plus sinueuse et les paysages magiques ! Plus nous prenons de la hauteur et plus les vues sont grandioses, nous sommes complètement émerveillés, à tel point qu’on n’en oublie que nous sommes à de hautes altitudes ! Nous profitons également du moment pour mâcher nos premières feuilles de coca. Dans les Andes, la coca c’est un peu la base, tout les locaux en possèdent. Tous disent que cette dernière a des vertus contre le mal des montagnes et qu’elle permet de maintenir une personne en grande forme. D’après notre guide, il faudrait mâcher quelques feuilles toutes les 40min, avant et pendant les zones en hautes altitudes.

Cela nous a fait drôle de nous mettre à mâcher ces feuilles, il faut dire que chez nous ces pratiques ne sont pas courantes. Finalement on a pas trouvé ça si mauvais, mais bon, de là à en mâcher toutes les 40min… On va dire qu’on a préféré les bonbons à la coca, ça a tout de même meilleur gout 🙂

On commence à apercevoir le glacier Pastoruri

Nous voila enfin à 4850m, au parking du fameux glacier qu’il nous tarde de découvrir ! Cela veut dire que nous sommes plus haut que notre chers Mont Blanc, qui lui culmine à 4810m. A partir de ce point, c’est à nous de faire les 200 derniers mètres à pied sur un petit chemin balisé. Sur le coup, nous sommes surpris, nous nous attendions à nous prendre une claque avec l’altitude et à notre grande surprise rien ! Même pas un mal de tête, on peine à y croire. On commence donc tout doucement notre petite montée. Ici, en soit, il n’y a rien de vraiment compliqué, ça monte un peu mais rien de bien méchant, sauf qu’à 4850m, forcément, on manque carrément d’air des qu’on se met à parler. On décide donc de garder nos forces en restant silencieux et en nous concentrant sur l’effort à faire. En montant, on sent également que la respiration se fait plus courte mais en prenant tout notre temps ça se passe à merveille.

En cas de difficultés, il est possible de monter au glacier à cheval pour quelques Sols. Des locaux sont présents sur le parking avec leurs équidés mais nous concernant nous ne recommandons vraiment pas cette option, car il faut voir comment sont traités ces pauvres chevaux… Par moment ça faisait peine à voir…

A partir du moment ou nous quittons le parking, notre guide nous informe qu’il nous faut être revenu à cet endroit dans 2h car le parc national a imposé un règlement afin qu’il n’y ait pas trop de monde autour du glacier : chaque groupe a le droit de rester 2h sur place. De plus, si comme nous, tu es en période d’acclimatation, sache qu’il n’est pas bon de rester plus longtemps à une altitude si élevée car le corps n’est pas totalement acclimaté.

Après environ 40min de montée (pour faire 200m), nous y voila enfin ! Nous découvrons cette merveille de la nature qui est juste méga impressionnante ! Nous sommes à 5050m d’altitude et on arrive toujours pas à y croire ! Sans oublier ce ciel bleu intense, nous avons une chance incroyable, car faut dire qu’avant notre départ, on avait souvent vu des photos de cet endroit sous un ciel menaçant.

On passe notre temps à explorer les environs de ce monstre de glace, par endroit les paysages sont très lunaires et on trouve aussi une magnifique lagune rouge suite à la présence de minéraux

Il faut malheureusement savoir, que suite au réchauffement climatique, ce glacier est petit à petit entrain de disparaitre. Il y a 35 ans, par exemple, on mettait seulement 5min à pied pour rejoindre le Pastoruri qui était seulement à 100m du parking. Il faisait 8km carré. Aujourd’hui on met en moyenne 40min de marche pour le rejoindre et on estime qu’il a perdu quasi la moitié de sa superficie… A l’époque, les locaux y venait pour skier, pour visiter des grottes de glace, il était possible de monter dessus, choses interdites aujourd’hui.

Avancée de la fonte des glaces depuis 1983 jusqu'en 2015...

Une lagune s’est de plus formée suite à la fonte des glaces devant le glacier. En 2010, on estimait sa profondeur à 10m aujourd’hui elle dépasse les 20m…

Quelques morceaux du glacier qui ne vont pas tarder à disparaitre
Tout fond à vue d'oeil...
Un glacier qui par endroit semble être devenu une véritable coquille vide

Certains scientifiques disent que d’ici 30ans, cette beauté naturelle aura totalement disparu… 🙁 Nous nous estimons chanceux d’avoir pu découvrir ce géant de glace, mais nous ne pouvons que nous sentir impuissant face à tout ces chamboulements climatiques… Le glacier Pastoruri est de plus le seul glacier du pays a être accessible aussi facilement. Les autres demandent de longues heures de marche.

A coté du Pastoruri, il y en a plein d’autres qui sont menacés au Pérou, le pays a d’ailleurs perdu plus de 40% de ses glaciers en quelques années… Ce qui est un problème majeur pour les locaux, car la fonte des glaciers signifie plus d’eau, mais cette eau est du coup polluée par les minéraux et donc impropre à la consommation. Certains craignent également de se retrouver avec des glaciers qui pendent au sommet des montagnes ce qui représenterait un véritable danger, sans oublier les risques d’alluvions, genre de « tsunami » des montagnes avec des torrents d’eau, de glace et de roches qui feraient déborder les nouvelles lagunes. Aujourd’hui les gardes du Parc National de Huascaran ainsi que les locaux se mobilisent pour sensibiliser le public et pour tenter de ralentir ces bouleversements climatiques.

Nous tenions a remercier Georges, notre super guide, qui nous a beaucoup appris au cours de cette visite. Un homme amoureux de sa région avec un énorme respect pour la nature et ça on aime ! Autant dire que c’est le genre d’endroit ou l’on se prend clairement une grosse claque, tant par la beauté des paysages que par la réalité des évènements.

Après une bonne heure à profiter de ce cadre spectaculaire, nous avons repris le chemin du parking ou nous avons mis seulement 20min pour redescendre. Une fois devant le mini-bus, surprise, c’était l’anniversaire d’un des membres du groupes alors le gâteau d’anniversaire est présent pour souffler les bougies à 4850m d’altitude ! ^^

Une équipe au top !

Un peu après 14h, nous avons repris la route en sens inverse afin de rejoindre le petit restaurant du matin, dans le village de Catac, à 3800m, ou nous avons déjeuné. En cours de route, nous avons eu la chance de croiser des chevaux sauvages en plein milieu de la route, moment magique ! Une fois arrivés au restaurant, plusieurs personnes du groupe étaient au plus mal suite à l’altitude, une notamment était à deux doigts de tomber dans les pommes. Heureusement pour nous, nous n’avions toujours aucun symptômes, quelle surprise ! C’était la première fois qu’on montait si haut, faut dire qu’avant ce voyage au Pérou, on avait jamais dépassé les 3000m d’altitude et là nous nous sommes retrouvés plus haut que notre Mont Blanc. Aujourd’hui, par moment, on a toujours du mal à réaliser !

Bilan sur cette sortie
 

 

Un grand Waou ! Nous avons vibré ! Les paysages sont absolument fous : entre steppes à perte de vue, sommets enneigés, lagunes colorés, plantes atypiques, chevaux sauvages et pour couronner le tout, ce glacier magnifique… Nous sommes restés scotchés !

Nous avions de plus un excellent guide passionné par son métier et un groupe des plus sympathique. Nous garderons un magnifique souvenir de cet endroit, qui malheureusement, ne sera sans doute plus là d’ici quelques années…

Autres articles à découvrir :

Une réflexion au sujet de « Balade au glacier Pastoruri »

  1. WOW juste WOW. Malheureusement encore une fois, l’homme détruit tout :'(
    Une merveille de la nature qui va disparaître. Espérons que cet article sensibilise aussi du monde !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.